DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Indépendance : après le "oui" annoncé, Cameron doit séduire les Ecossais


Royaume-Uni

Indépendance : après le "oui" annoncé, Cameron doit séduire les Ecossais

La tempête provoquée par la progression du “oui” en Ecosse affole les milieux politiques et économiques. Le 18 septembre, les Ecossais doivent voter pour ou contre le maintien dans le Royaume Uni, et le “oui” à l’indépendance l’emporterait pour la première fois, selon un sondage publié ce week-end. “Si les Ecossais veulent des pouvoirs pour protéger nos services publics, créer des emplois, être sûrs de ne pas supporter les gouvernements conservateurs pour lesquels nous ne votons pas, dit Nicola Sturgeon, vice-Premier ministre et une des responsables du Scottish National Party, alors la seule garantie est de voter oui. “

L’avancée du “oui” bouleverse les marchés financiers, la livre britannique a chuté face à l’euro et au dollar ce lundi matin. Un coup dur aussi pour les promoteurs du “non”.

“C’est pour toujours, remarque Alistair Darling, chef de la campagne anti-indépendance “Better Together”, si nous nous séparons il n’y aura pas de retour en arrière. Si les gens se concentrent sur les enjeux les 10 prochains jours, je suis convaincu que nous allons gagner.”

Dans une tentative de barrer la route à l’indépendance dans cette région plutôt à gauche, le Premier ministre conservateur David Cameron va dévoiler ce mardi un nouveau plan : il prévoit de donner aux Ecossais, qui disposent déjà d’une Assemblée et d’un chef de gouvernement, plus d’ autonomie en matière budgétaire, fiscale et pour les dépenses sociales.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Brésil : incendie destructeur à Sao Paulo