DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Référendum écossais : la panique de Cameron


Royaume-Uni

Référendum écossais : la panique de Cameron

Panique à bord ! Pas question, à une semaine du référendum et alors que le “oui” monte dans les sondages, de laisser le Royaume Uni perdre un tiers de son territoire. Alors plusieurs hommes politiques britanniques, conservateurs et travaillistes, se sont rendus en Ecosse ces dernières heures pour tenter d’inverser la tendance.

David Cameron lui-même a zappé la séance hebdomadaire des questions au gouvernement pour parler aux Ecossais :
“Parfois, parce que c’est une élection, les gens, je pense, la prennent pour une élection générale… Vous prenez une décision et cinq ans plus tard vous en prenez une autre parce que vous en avez marre de ces foutus Conservateurs, vous voulez leur botter les fesses et puis on verra plus tard. Mais cette fois c’est complètement différent : c’est une décision qui ne concerne pas les cinq prochaines années, c’est une décision qui concerne le prochain siècle”.

Une telle mobilisation peut être à double tranchant, et Alex Salmond, Premier ministre écossais, continue sur ses arguments pour l’indépendance :
“Beaucoup de gens en Ecosse vont considérer les efforts d’Ed Miliband et de David Cameron comme trop légers et trop tardifs. Trop légers car ils ne proposent pas la possibilité de créer des emplois nécessaires au ralliement de la population à un grand parlement, alors que l’indépendance propose cette possibilité, et parce qu’ils ne pourront pas protéger notre système de santé. Trop tardifs car ils sont désespérés”.

La bourse de Londres s’est péniblement relevée ces dernières heures après avoir accusé le coup de la remontée des indépendantistes.

Johanna Gill, envoyée sur place :
“Cette visite de dernière minute dans la capitale écossaise intervient 24h à peine après la promesse de plus de pouvoirs d’autonomie. Mais est-ce trop peu, trop tard ? Cameron est sous haute pression : si il perdait l’Ecosse, il perdrait probablement aussi son poste.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

70% des troupes russes ont quitté l'Ukraine, selon Petro Porochenko