DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gaz russe : Gazprom a probablement réduit ses livraisons à la Pologne

Vous lisez:

Gaz russe : Gazprom a probablement réduit ses livraisons à la Pologne

Taille du texte Aa Aa

La Pologne reproche au géant gazier russe Gazprom d’avoir réduit de près de moitié ses livraisons de gaz, une mesure qui semble traduire la volonté de Moscou d’empêcher l’approvisionnement de l’Ukraine en “flux inversé” et de lancer un avertissement à l’Union européenne.
Le gaz russe vers l’Europe passe par l’Ukraine et la Pologne fournit en “flux inversé” du gaz à l’Ukraine qui en est privé depuis la mi-juin, alors qu’elle en achète elle-même à la Russie. C’est un procédé qui est très mal vu à Moscou.
Pour justifier l’arrêt des livraisons de gaz à l’Ukraine, Gazprom invoque d’importants arrièrés de paiement de son client ukrainien mais la question s’inscrit bien sûr dans le conflit armé entre Kiev et les séparatistes ukrainien soutenus par la Russie.
140
“Mercredi on a reçu 45% de ce qui avait été prévu par contrat, affirme Rafal Pazura, le porte-parole du groupe gazier polonais PGNiG. C’est difficile d’en donner les raisons car Gazprom n’a pas répondu à notre lettre et on n’a pas de réaction. Nous croyons qu’il ne s’agit que de problèmes techniques”.
200
Parallèlement, la Commission européenne a invité les ministres russe et ukrainien de l’Energie à une nouvelle discussion sur les livraisons de gaz russe à l’Ukraine.

213
“Nous avons été informés par les autorités polonaises que
les flux de gaz en provenance de Russie sont réduits, explique Marlene Holzner, une des porte parole de la Commision européenne. Dans les discussions que nous menons sur le conflit gazier, nous avons proposé une date pour une réunion trilatérale entre la partie russe, la partie ukrainienne et nous : ce sera le 20 septembre à Berlin”.

242
Gazprom nie toute réduction des volumes de gaz livrés à la Pologne qui a toutefois dû stopper ses livraisons de gaz à l’Ukraine en “flux inversé”.
En juin, Gazprom avait menacé de réduire ses livraisons aux compagnies européennes qui fournissent du gaz à l’Ukraine.