DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Russie : statu quo monétaire sur les taux mais la Banque centrale surveille l'inflation


économie

Russie : statu quo monétaire sur les taux mais la Banque centrale surveille l'inflation

La Banque centrale russe a décidé vendredi de maintenir son taux d’intérêt directeur inchangé à 8%. L’institution précise toutefois qu’elle est prête à l’augmenter de nouveau si l’inflation reste élevée.
La Banque centrale reconnaît que la hausse des prix en Russie s’est accentué fin aout-début septembre en raison – je cite le communiqué – de “l’aggravation des tensions géopolitiques, de l’introduction de restrictiopns sur le commerce extérieur et les répercussions de ces évènements sur l‘évolution du rouble.
En clair, l’embargo alimentaire décidé par Moscou, et la baisse continue du rouble génère beaucoup plus d’inflation qu’auparavant.
La banque centrale a donc décidé de marquer une pause après trois hausses de taux depuis le printemps.
140
“On constate que la Banque centrale se focalise plus sur les effets à plus long terme de l’embargo alimentaire alors que jusqu‘à maintenant sa stratégie était basée sur des effets à court terme. Mais si les risques se prolongent, ou que de nouveaux risques apparaissent, liés à de nouvelles sanctions, alors que la situation géopolitique s’aggrave; on ne peut pas exclure que la Banque centrale resserre fortement sa politique monétaire et alors elle augmenterait encore son taux d’intérêt directeur”.
211
Au mois d’aout la hausse des prix à la consommation a été de 7,6% en rythme annuel.
D’un côté les sanctions occidentales qui afafiblissent la monnaie russe le rouble, et de l’autre les mesures de représeailles de Moscou comme l’embargo sur les importations de produits agricoles occidentaux; sont les deux risques d’une envolée de l’inflation en Russie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Gaz russe : Gazprom a probablement réduit ses livraisons à la Pologne