DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une victoire du 'oui' en Ecosse : le cauchemar non officiel de Washington


Royaume-Uni

Une victoire du 'oui' en Ecosse : le cauchemar non officiel de Washington

Le projet d’indépendance de l’Ecosse semble anecdotique aux Etats-Unis.
Barack Obama a déjà fait part de sa préférence pour le maintien au sein du Royaume-Uni, le département d’Etat a réitéré cette position cette semaine. Mais il semblerait qu’en coulisse, une victoire du ‘oui’ aurait des conséquences politiques graves pour Washington.

“Nous avons un intérêt évident à à ce que l’un de nos alliés les plus proches, le Royaume-Uni, reste un partenaire fort, robuste, uni et efficace souligne Marie Harf, porte-parole du département d’Etat. Mais évidemment, ces décisions doivent être prises par la population écossaise.”

Si le ‘oui’ l’emporte, le Parti national écossais a d’ores et déjà annoncé que les quatre sous-marins nucléaires britanniques et leurs missiles Trident devraient quitter l’Ecosse. Depuis 1990, c’est le le principal facteur de dissuasion du Royaume-Uni contre une attaque nucléaire.

“La question Trident a des répercussions directes sur ​​la sécurité des États-Unis et sur ​​le rôle que joue le Royaume-Uni en matière de sécurité globale à l’Ouest, au sein de l’OTAN et pour la dissuasion nucléaire explique Jeremy Shapiro de la Brookings Institution. Il s’agit donc d’un intérêt particulier. Il y a des problèmes techniques spécifiques qui devront être résolus et dans lesquels les États-Unis ont évidemment un intérêt direct”.

Washington s’inquièterait plus largement d’un affaiblissement du Royaume-Uni sur la scène internationale et du maintien de son droit de véto au conseil de sécurité de l’Onu.

“Si les Ecossais votent ‘oui’ jeudi prochain, l’administration Obama acceptera à contre coeur le résultat affirme notre correspondant à Washington Stefan Grobe. C’est comme voir deux de ses amis les plus proches divorcer. Avancer sera douloureux et le début d’une autre histoire”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

En Ecosse, le suspense sur l'indépendance s'invite dans le vote par correspondance