DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A quelles sanctions la Russie doit-elle faire face ?

Vous lisez:

A quelles sanctions la Russie doit-elle faire face ?

Taille du texte Aa Aa

Après l’annexion de la Crimée au mois de mars, l’Union européenne a tenté d’influencer Moscou par des sanctions économiques. Le but est que la Russie se retrouve « de plus en plus isolée par ses propres actions ».

Voici un résumé des actions de l’UE contre la Russie :

  • 17 mars
  • L’UE impose des restrictions de visas et le gel des avoirs contre des personnalités de Russie et de Crimée.
  • 18 mars
  • Des membres de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, se portent volontaires pour être ajoutés à la liste.
  • 20 mars
  • L’UE étend la liste des personnes concernées par la restrictions des visas et le gel des avoirs.
  • 24 mars
  • La Russie est refoulée du G8 et un sommet du G7 est organisé à Bruxelles.

  • 28 avril
  • De nouveaux hommes et femmes d’affaires russes d’importance sont interdits de visas vers les 28 Etats membres de l'UE. La Russie annonce que sa réponses sera « douloureuse ».

  • 25 juin
  • L’Union européenne interdit tous les produits importés de Crimée et de Sébastopol.

  • 31 juillet
  • L’Union européenne durcit le ton et fait monter la pression sur la Russie :
    • Les ressortissants de l’UE n’ont plus le droit de vendre ou acheter des obligations ou actions de la plupart des grandes banques nationales russes.
    • Des restrictions sont apportées aux licences d’exportations pour des produits destinés à l’exploration et la production de pétrole en eaux profondes, dans l’Arctiques ou dans le domaine du schiste.
    • l’UE interdit les investissements en Crimée et à Sébastopol.
    • Des restrictions commerciales sont imposées aux sociétés dans l’énergie et la défense.
  • 6 août
  • Le président russe Vladimir Poutine riposte en imposant un blocus sur les importations de fruits, légumes, viande, poisson, lait et autres produits frais venus des Etats-Unis, de l’Union européenne, de la Norvège, du Canada et de l’Australie.

  • 12 septembre
  • De nouvelles sanctions limitent les possibilités pour les entreprises russes de lever des fonds sur les marchés européens.
    • L’accès aux marchés de capitaux est restreint pour Rosneft, Transneft et Gazprom Neft, la branche “pétrole” de Gazprom, et trois autres entreprises dans le domaine de la défense.
    • Certains services nécessaires à l’exploitation et l’exploration en eaux profondes et en gaz de schiste, ainsi que des services liés à la zone russe de l’Arctique ne seront plus fournis.
    • Les banques nationales ne pourront pas emprunter de l’argent pour plus d’un mois et leur accès à d’autres services financiers dans l’UE est restreint.
    • Des noms sont ajoutés à la liste des personnes concernées par les restrictions de visas et de gel d’avoirs, portant son nombre à 119. Y sont notamment ajoutés des proches de Vladimir Poutine tels que Sergueï Tchemezov, directeur général de l’entreprise d’armement Rostec et Igor Levedev, vice-président de la chambre basse du parlement russe.

source : europa.eu