DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : nouvelle ère

Vous lisez:

Ukraine : nouvelle ère

Taille du texte Aa Aa

Un accord qualifié d’historique. Le 27 juin, l’Ukraine, comme la Géorgie et la Moldavie, signent avec l’Union européenne un accord d’association commerciale et politique qui ouvre une nouvelle ère dans les relations de l’Union avec ses voisins orientaux.

Mais pour l’Ukraine et son président Petro Poroshenko, le moment est encore plus solennel : “ c’est avec cette plume que je vais signer l’accord d’association, avec cette mention, accord d’association Union européenne – Ukraine, Vilnius, le 29 novembre. Cela ne s‘était pas fait avant, mais cette plume est la même, ce qui prouve que les événements historiques sont inéluctables”, assure-t-il alors.

En effet, le 29 novembre 2013, le président ukrainien Viktor Yanukovich se rend à Vilnius, mais il ne signe pas l’accord, dont les négociations avec l’UE avaient commencé en mars 2007. Il ne ferme pas la porte, mais évoque la Russie : “ ce que nous devons faire, c’est construire des relations normales dans une configuration qui implique l’Union européenne, l’Ukraine et la Russie.”

Depuis des mois, la Russie presse Yanukovich, par différents moyens, pour que l’Ukraine change d’avis et intégre son projet d’union douanière avec d’anciennes républiques soviétiques, dont l’Arménie.

Mais dans les rues de Kiev, les Ukrainiens ne veulent pas abandonner leur rêve européen. Des milliers de personnes vont manifester, et s’installer à Maydan, provoquant la chute de Yanukovitch et les évènements dramatiques que l’on connait depuis.

Or, l’UE ne lâchera pas un partenaire aussi attractif que l’Ukraine, avec ses terres fertiles, ses ressources minières et ses 41 millions d’habitants.

L’accord commercial UE-Ukraine va augmenter d’un milliard d’euros par an les exportations ukrainiennes ver l’Union, et de 1% la production annuelle du pays. Les secteurs les plus bénéficiaires seront l’habillement et le textile, ainsi que l’agro-alimentaire. L’accord va aussi contribuer à moderniser l’agriculture et améliorer les conditions de travail.