DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

USA: envoyer ou non des hommes pour lutter contre les djihadistes ?


Irak

USA: envoyer ou non des hommes pour lutter contre les djihadistes ?

Les Etats-Unis affinent leur stratégie d’intervention contre l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Washington privilégie les frappes aériennes ciblées contre les djihadistes. Depuis le 8 août, les forces américaines ont mené plus de 150 raids contre des cibles en Irak. Ces raids pourraient s‘étendre à la Syrie.

Pas de bombardements massifs, pas non plus de déploiement de troupes au sol, même si le chef d‘état-major des forces américaines n’exclut pas l’envoi de conseillers militaires.

“D’après moi, à ce stade, une telle coalition est le schéma le plus approprié”, a déclaré le général Dempsey, lors d’une audition ce mardi au Sénat. “Mais si les Etats-Unis étaient menacés, a-t-il ajouté, alors je lui soumettrais au président un plan incluant l’intervention de troupes au sol”.

Pour ménager son opinion publique, le président Obama insiste sur le fait que le déploiement de soldats américains n’est pas à l’ordre du jour.

Même tonalité chez le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, qui était lui aussi auditionné par la même commission au Sénat.

“Ce ne sera pas un effort facile et bref, a-t-il indiqué. La situation est compliquée. Nous sommes en guerre contre l’EIIL comme nous le sommes contre al-Qaïda. Mais détruire l’EIIL nécessitera plus qu’une action militaire. Il faudra des progrès politiques dans la région, et des partenaires efficaces sur le terrain en Irak et en Syrie”.

La question va être de savoir comment agir en Syrie. Washington ne veut pas s’appuyer sur le régime de Bachar al-Assad qu’il considère comme illégitime. Le président syrien s’est entretenu ce mardi à Damas avec le conseiller national irakien à la sécurité. Les deux hommes ont évoqué les moyens de coordonner les actions de deux pays dans la lutte contre le terrorisme.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

A Kiev, l'accord d'association laisse un goût d'inachevé