DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ecosse : question d'identité


Royaume-Uni

Ecosse : question d'identité

Un choix de poids pour l’Ecosse, tant les conséquences peuvent aller loin. Et combien l’identité, question hautement émotionnelle, a pu peser sur la décision des Ecossais. Car le pays regorge de traditions qu’il cultive, mais cela n’empêche pas les tiraillements entre plusieurs références identitaires.

C’est quoi être écossais, après 307 ans d’union fructueuse avec le Royaume Uni?

“Les Ecossais ont leur propre identité, nous avons toujours eu notre propre identité et il y a ce vieux dicton qui dit qu’on a le feu dans le ventre et qu’on sera toujours Ecossais, mais nous faisons partie du Royaume-Uni, et à mon avis, ça doit rester comme ça”, dit ce militant de “Better together”.

Symbole écossais internationalement connu, et bu : le whisky . C’est le deuxième produit le plus exporté, derrière l‘énergie. Neuf bouteilles sur dix partent à l‘étranger, le secteur emploie 35 000 personnes. Quel sera impact d’une éventuelle indépendance ?

David Williamson, Scotch Whisky Association : “ le whisky écossais a survécu aux guerres et aux révolutions. Nous fabriquons le whisky depuis plus de 500 ans, alors…. Mais oui, c’est une décision importante “.

Voilà deux siècles que cette distillerie familiale produit du whisky, et l’on affiche la même confiance pour l’avenir, quoi qu’il arrive.

Alan McConnochie. GlenDronach Distillery : “ le résultat du vote pour l’indépendance ne nous touchera pas vraiment. Il pourrait même doper les ventes avec la promotion de l’Ecosse faite dans le monde entier. Je suis sûr que mes amis et mes collègues anglais ne boycotteront pas les Ecossais. Pourquoi le feraient-ils? “

Dans les îles Shetland, on est très loin de Londres, certes, mais aussi d’Edimbourg. C’est dans son fonds marin qu’on extrait le pétrole, mais l’archipel est aussi riche grâce à ses pêcheries et ses énergies renouvelables. Or, pour ces descendants des vikings, la question de l’identité écossaise reste floue. Ici, c’est plutôt de la bière qu’on boit.

Sonny Priest, Valhalla Brewery : “ dans les îles Shetland, on n’a pas tant que ça l’esprit traditionnel écossais. On porte très peu le kilt… Des choses comme ça. On n’a pas tant de choses en commun avec les Ecossais.”

Quel rapport à l’identité peut-on avoir lorsqu’on habite et travaille à Glasgow, et qu’on est issu de l’immigration? Selon une étude, 94 % des immigrants s’identifient davantage avec l’Ecosse, plus ouverte aux étrangers que le reste du Royaume-Uni.

Olga Mausch-Debowska : “ l’Union européenne est très importante pour moi, et je pense que l’Ecosse sera mieux seule et faisant partie de l’UE qu’au sein du Royaume-Uni. Et il y a toujours le danger que nous quittions l’Union en faisant partie du Royaume-Uni.”

Le choix de l’avenir repose seulement sur les résidents en Ecosse, quelque 4 millions de personnes dont la décision, c’est sûr, s’inscrira dans les livres d’histoire.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Hongrie : les ONG norvégiennes dans le collimateur du gouvernement