DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grande Bretagne privée de l'Ecosse subirait une sévère cure d'amaigrissement

Vous lisez:

La Grande Bretagne privée de l'Ecosse subirait une sévère cure d'amaigrissement

Taille du texte Aa Aa

Si le “oui” à l’indépendance l’emporte en Ecosse, le Royaume Uni va connaître des changements considérables. En plus de la perte de 1/3 de son territoire et de 8% de sa population. L‘économie britannique sera amputée d’environ 10% de ses richesses si on y inclut la manne du pétrole offshore des eaux territoriales écossaises. Elle perdra également son 6ème rang mondial.
En termes de Produit intérieur brut, 9,2% des richesses produites par la Grande Bretagne sont assurées sur le territoire écossais. Du point de vue des exportations, la balance commerciale britannique serait soumise à rude épreuve avec la disparition des revenus pétroliers écossais.

“Nous avons un Produit intérieur brut par habitant plus élevé que le reste du Royaume Uni, affirme Ivan Mckee, entrepreneur écossais, et supporteur du “oui”. L’Ecosse est un pays riche. Le problème c’est que cette richesse n’aide pas l‘économie, le commerce et le peuple écossais. L’indépendance nous donne l’occasion d’en prendre le contrôle”.

La disparition de la rente pétrolière et gazière de la mer du Nord représente pour la Grande Bretagne le principal risque économique de l’indépendance.
L’Ecosse représente 96% des réserves de pétrole et 52% des réserves de gaz du Royaume Uni. Mais les cours du brut sont volatils et les réserves ne sont pas éternelles.

“Si on fait un peu de prospective, on s’aperçoit que les revenus pétroliers de l’Ecosse vont finalement décliner jusqu‘à des niveaux négligeables alors que sa population vieillit plus rapidement que dans le reste du Royaume Uni, affirme David Phillips, chercheur économiste à l’Institut des Etudes fiscales. Donc, à moins de fabriquer plus vite de la croissance que n‘évolue ces deux tendances, l’Ecossa va probablement faire face à des pressions sur son budget, bien plus graves que celles que subit le gouvernement britannique. ça veut dire des hausses d’impôts plus importantes ou de plus grosses coupes budgétaires à long terme pour que l’Ecosse garde un budget sain”.

Les recettes de l’Etat britannique, avec la disparition de la manne fiscale dûe aux taxes sur le pétrole, seraient en baisse de 10% environ si le “oui” l’emporte.
Ce à quoi les partisans du “non” rétorqueront que Londres versera en 2014-2015, quatorze milliards d’euros en livres sterling à l’Ecosse pour son système de santé.

Le problème de la souveraineté monétaire va se poser également. Les écossais garderont-ils la livre sterling en cas d’indépendance alors que l’Ecosse autorise une double circulation monétaire actuellement.
La question de la souveraineté monétaire nécessitera des mois de négociations.