DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le tartan, une histoire d'amour

Vous lisez:

Le tartan, une histoire d'amour

Taille du texte Aa Aa

Avec ce référendum c’est toute l’Ecosse qui est venue sur le devant de la scène médiatique. L’Ecosse moderne bien sûr mais aussi celle de ses traditions. A commencer par ces cornemuses comme ici lors des Highland Games non sans oublier les kilts et leurs fameux tartans, véritable signe de reconnaissance.

Ben Reid, joueur de cornemuse originaire du Canada :
“Le tartan que je porte est le tartan Royal Stewart. Je ne suis pas sûr de l’endroit où il est né mais c’est le tartan le plus populaire dans les groupes des highlands et de leurs descendants.”

Mais on ne le trouve pas uniquement sur des joueurs de cornemuses et autres mangeurs de panse-farcie mais aussi sur les podiums comme ici lors d’un défilé Dolce Gabbana en 2008.

A Edinbourgh on peut s’offrir sa tenue typiquement écossaise jusqu‘à un total look Prince Charles pour un peu moins de 400 livres.

John Webster travaille chez un de ces tailleurs : “A l’origine un tartan était quelque chose d’assez simple. C‘était un motif de lignes croisées. Et c‘était quelque chose qui était tissé à la main et teinté avec des produits naturels tirés de la végétation. Ainsi on savait avant d’où venait une personne en fonction de la végétation qui poussait dans l’endroit où elle vivait.
On est fier de porter un tartan parce qu’il symbolise le lieu d’où l’on vient. Il montre que vous êtes fier d‘être Ecossais et il montre votre héritage en terme de racines familiales.”

Et ce qui a transformé ces tenues des highlands dans celles que l’on peut voir aujourd’hui c’est l’influence de la Grande Bretagne victorienne. Entre production industrielle et tenues formelles et codifiées…