DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quelques réactions à Londres


Royaume-Uni

Quelques réactions à Londres

Au lendemain du référendum en Ecosse, quelles réactions au pied de Big Ben? Un grand soulagement pour beaucoup, mais on attend tout de même de voir la suite.

Notre envoyé spécial était à londres, il a pu notamment demander sa réaction à Liam Fox, député conservateur, membre de l’aile droite des Tories, et ancien ministre de la Défense. celui-ci a salué l’exercice démocratique :

“C’est une Ecosse qui s’est montrée très impliquée démocratiquement, c’est toujours très sain, et si les partis écossais agissent de manière constructive, il ne sera pas question de divisions, de récriminations ou d’amertume, ce qui est toujours le risque après un référendum de cette nature. Mais je dois dire que, malgré ce qu’on pouvait craindre, j‘étais à Glasgow hier, et je n’ai trouvé ni amertume ou ni hostilité.”

Nigel Farage n‘était pas loin. Le chef du parti populiste et europhobe UKIP, très impopulaire en Ecosse, est partisan d’un “royaume fédéral”, où les anglais, aussi, pourraient faire valoir leurs droits :

“M.Cameron était très soulagé ce matin que l’Union soit maintenue. Mais, mon Dieu! Il s’angoisse pour ​​l’Angleterre! a-t-il ironisé. Nous avons eu plusieurs années de débat sur l’Ecosse, et aujourd’hui, nous parlons de l’Angleterre… Les Anglais ont été très calmes, rès bien élevés, mais franchement, ils ont été vraiment mal traités toutes ces années”.

L’avis enfin, du constitutionnaliste Vernon Bogdanor :

“A mon avis, au lieu de revoir la constitution à la va-vite, il est temps de nous inspirer de toutes les autres démocraties, et de rédiger une constitution appropriée. 2015, qui marquera le 800e anniversaire de la Magna Carta, sera peut-être un bon moment pour commencer.”

Gros travail sur la planche en perspective… Le référendum en Ecosse, on l’avait dit, devait marquer l’histoire du Royaume. Quelque soit le résultat.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les indépendantistes catalans se disent "renforcés" malgré le "non" écossais