DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La route de la soie... et du gaz

Vous lisez:

La route de la soie... et du gaz

Taille du texte Aa Aa

Au travers de la Turquie et de l’Azerbaïdjan ce que l’on appelle le couloir sud de l‘énergie permettra au gaz naturel des gisements de la mer Caspienne de rejoindre directement ses consommateurs en Europe.

En ce mois de septembre les partenaires se sont retrouvés à Bakou pour présenter le projet.

Un projet dont le tracé entre Bakou et Europe occidentale offre une alternative aux tracés russes.

Les Turcs soutiennent ce gazoduc qui, du rôle de simples consommateurs d‘énergie, les fait passer au rang de partenaire.

Taner Yildiz, ministre turc de l’Energie :
“Nous allons commencer les travaux en Turquie en mars 2015. Ce projet va aussi devenir un accord de paix. Il aura aussi une importance technique, politique et géographique.”

Au cours des années les relations énergétiques entre l’Union européenne et la Turquie se sont concentrées sur ce segment spécifique du marché que représente le gaz naturel.

Ce pipeline du Sud Caucase est la première phase du couloir sud du gaz. De la Mer Caspienne il remonte vers la Géorgie en contournant l’Arménie, traverse toute la Turquie avant de rejoindre le Sud de l’Europe.

Irmak Tanir, Euronews : “L’installation de ce pipeline dans le sol marque le début du corridor sud du gaz. Ce projet sera la “Route de la soie de l‘énergie qui emmenera le gaz de l’Azerbaïdjan à l’Europe en passant par la Turquie.”

C’est bien de géopolitique dont il s’agit et les chefs d‘état et chefs de gouvernement se sont retrouvés à Bakou pour la cérémonie d’inauguration. Et parmi eux le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev : ‘‘Ce projet a eu un bon impact sur l’Azerbaïdjan. Nous allons pouvoir vendre notre gaz sur le marché mondial. C’est aussi une très bonne opportunité, les gens vont pouvoir trouver un nouveau fournisseur. C’est définitivement le projet de ce siècle.”

Les premiers mètres cubes de gaz devraient passer dans les tuyaux en 2018 avec dans un premier temps un débit de 16 milliards de mètres cubes par an. Ce volume devrait être porté en 2026 à 31 milliards de mètres cubes.