DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : l'espoir d'un cessez-le-feu total progresse


Ukraine

Ukraine : l'espoir d'un cessez-le-feu total progresse

Même si des combats sporadiques persistent, l’espoir d’un réel cessez-le-feu progresse dans l’est de l’Ukraine.
Un pas significatif a été franchi avec un début de retrait de l’armement lourd dans une zone tampon. Ce mardi, la rébellion pro-russe a annoncé avoir commencé de retirer son artillerie dans les secteurs où l’armée ukrainienne a déjà ôté ses armes lourdes.

En enlevant graduellement leurs canons – des pièces d’artillerie d’un calibre supérieur à 100mm – les belligérants permettent la mise en œuvre d’une zone tampon de 30km de large le long de la ligne de front.

Cette zone tampon fait partie du mémorandum signé entre Kiev et les séparatistes il y a trois jours à Minsk en présence de représentants russes et de l’OSCE. Un accord en neuf points censé consolider le cessez-le-feu déjà signé dans la capitale biélorusse le 5 septembre dernier.

Le président ukrainien a, lui-même, reconnu que la solution à la crise ne pouvait pas être que militaire.

Petro Poroshenko, président de l’Ukraine :
“Je veux souligner qu’il est impossible de gagner la guerre dans les villes de Louhansk et Donetsk par les seuls moyens militaires. Plus nous envoyons de bataillons ukrainiens sur place, plus il y a de troupes de la Fédération de Russie.”

L’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu total reste difficile à prédire.

Andrei Purgin, vice-Premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk :
“Un cessez-le-feu complet, le retrait de tous les véhicules et forces armées, etc., j’espère que l’on en arrivera là bientôt. Mais je ne peux pas vraiment dire quand. Il y a beaucoup de nuances et de problèmes militaires dont on a parlé un peu trop vite”.

Parmi les points chauds figure l’aéroport de Donetsk qui se trouve en partie aux mains des forces ukrainiennes. Il fait l’objet de combats quasi-quotidiens.
Et puis, la question cruciale du futur statut des régions de Donetsk et Louhansk reste en suspens, et promet de difficiles négociations

Les pro-russes ont pour l’heure ignoré les propositions de Kiev en vue d’une plus grande autonomie. Ils ont même annoncé ce mardi l’organisation d‘élections présidentielle et législatives en novembre.

Pour les populations locales, le temps presse. Chacun espère que les armes vont enfin se taire après 5 mois d’un conflit qui a déjà fait près de 3 000 morts.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Otage français : l'inquiétude dans son village