DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Danse : les migrations vues par Aerites


le mag

Danse : les migrations vues par Aerites

En partenariat avec

La troupe de danse Aerites a présenté à Athènes Planites, le troisième volet d’une trilogie consacrée à la vie urbaine et à la façon de vivre dans les cités contemporaines.

La chorégraphie est signée Patricia Apergi : “Notre sujet parle de tous ceux qui errent, qui ont décidé de voyager que ce soit par choix ou par contrainte. Donc les immigrants en font partie. Nous étions très intéressés par ce qu’ils prennent avec eux ce qu’ils adoptent de la culture de l’endroit où ils se trouvent, de la façon de vivre de ces nouveaux endroits ou ce qu’ils rejettent.”

Ilias Chatzigeorgiou, danseur : “Cette performance n’a rien à voir avec l’interaction entre la société et les êtres humains. Nous nous concentrons sur cette personne particulière qui voyage. Cet être humain en perpétuel mouvement, ce peut être un immigrant, un réfugié, une personne déplacée, un touriste, un SDF. Il bouge tout le temps et nous essayons de voir ce qu’il porte dans ses bagages, ce qu’est son propre système et comment il le ressent.”

Une performance créée avec l’aide de “Modul Dance” un programme européen qui donne la possibilité aux troupes de voyager et de travailler.

Patricia Apergi : “Le problème de l’immigration est en fait en Europe aujourd’hui. Nous les Grecs affrontons ce problème intensément ces dernières années. On ne pouvait pas l‘éviter, parce que cela a une signification sociale et politique très forte. Nous devions poser des questions sur ce grave problème.”

La compagnie de danse Aerites a déjà présenté cette chorégraphie à Athènes, Kalamata, Birmingham et Limassol. On pourra très prochainement la voir à la biennale de la danse à Lyon.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

La chanson anti-guerre de Paolo Nutini