DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France en deuil après la mort d'Hervé Gourdel

Vous lisez:

La France en deuil après la mort d'Hervé Gourdel

Taille du texte Aa Aa

“La Barbarie”, “Le crime”, “Décapité parce que Français”, le choc et la consternation s‘étalaient à la Une des journaux français ce matin après l’exécution d’Hervé Gourdel par un groupe jihadiste en Algérie.
A Paris où le gouvernement a été convoqué par François Hollande pour une réunion de crise, l’indignation est sur toutes les lèvres :

“Je trouve que c’est lâche, c’est lâche et c’est honteux. Ce n’est pas normal que ça existe et qu’on laisse faire, c’est surtout ça.”

A St Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, où Hervé Gourdel avait fondé le bureau des guides de haute-montagne et où il travaillait chaque été, les drapeaux sont en berne, une marche silencieuse aura lieu ce soir en mémoire de cet homme de 55 ans, marié et père de deux enfants, qui vivait à Nice.

Les autorités françaises, critiquées, se veulent “rassurantes”. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur, répétait ce matin que “la France n’a pas peur, qu’elle ne devait pas voir peur. La peur est le sentiment que les terroristes veulent instiller, si la peur nous tient, ce sera une victoire pour les terroristes.”

Le président François Hollande se trouvait à l’Assemblée générale des Nations Unies lorsqu’il a appris la mort d’Hervé Gourdel. La France avait refusé de céder à l’ultimatum du groupe jihadiste algérien et d’arrêter les frappes contre l’EI en Irak :

“Ma détermination est totale et cette agression ne fait que la renforcer. Nous continuerons à lutter contre le terrorisme partout.”

Le plan vigipirate a été renforcé sur le territoire français et une liste de pays à éviter ou déconseillés a été publiée par le ministère des Affaires étrangères juste après l’annonce de l’enlèvement d’Hervé Gourdel.