DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Ryder Cup, mode d'emploi

Vous lisez:

La Ryder Cup, mode d'emploi

Taille du texte Aa Aa

C’est l‘évènement pour lequel un sport typiquement individuel – le golf – se transforme en haletante compétition par équipes.

C’est une bataille qui a lieu tous les deux ans et qui oppose pendant trois jours les douze meilleurs joueurs des Etats-Unis aux douze meilleurs Européens.

Si vous ne l’avez pas encore deviné, il s’agit de la Ryder Cup, dont la 40e édition se déroule cette année sur le légendaire parcours de Gleneagles, dans la patrie du golf, l’Ecosse.

Le match-play

Contrairement à la plupart des autres tournois, la Ryder Cup se joue en match-play.

Le match-play, c’est une formule dans laquelle chaque joueur, ou chaque équipe, marque un point à chaque trou s’il obtient un meilleur score que son adversaire.

Chaque match se joue sur un maximum de 18 trous, mais beaucoup de duels se terminent bien avant.

Il suffit pour cela que l‘écart de points soit trop important et qu’il ne reste plus assez de trous pour qu’une équipe puisse combler son handicap.

Trois formats

La Ryder Cup utilise trois formats : les fourballs, les foursomes et les simples.

Pour les fourballs, deux équipes de deux joueurs s’affrontent directement.

Chaque golfeur joue toujours sa propre balle et le point va à celui qui a besoin du plus petit nombre de coups pour la mettre dans le trou.

Si deux adversaires réussissent le même score, le point est partagé, donc les deux rivaux sont crédités d’un demi-point.

On fait les totaux à la fin de chaque partie, et le duo qui l’emporte marque un point en faveur de son équipe.

Pour les foursomes, les joueurs d’une même équipe tapent la balle à tour de rôle.

L’un des joueurs commence sur les trous numérotés avec des chiffres pairs, l’autre fait la mise en jeu sur les trous impairs.

A chaque trou, le duo qui réussit le meilleur score marque le point et là aussi, on fait l’addition à la fin.

Les deux premier jours, il y a quatre matches en fourball le matin, puis quatre matches en foursome l’après-midi.

Ce qui signifie que certains golfeurs ne jouent pas du tout jusqu’aux simples du dernier jour.

Pour les simples, chacun des 12 duels oppose un Américain à un Européen.

Les 24 joueurs – autrement dit tous les participants – sont donc en lice ce jour-là.

La crème du golf

Les équipes de Ryder Cup rassemblent ce qui se fait de mieux dans le monde du golf.

Le numéro 1 mondial Rory McIlroy, vainqueur cette saison de deux levées du Grand Chelem, va conduire l‘équipe européenne.

Il sera épaulé notamment par Ian Poulter, Lee Westwood et Sergio Garcia.

Il y aura aussi trois “rookies” : le Français Victor Dubuisson, le Gallois Jamie Donaldson et l’Ecossais Stephen Gallacher.

Le capitaine de cette équipe est l’Irlandais Paul McGinley.

Privée de Tiger Woods, l‘équipe américaine sera menée par Bubba Watson, qui a gagné son deuxième Masters d’Augusta en avril dernier, et par Phil Mickelson, qui en sera à sa dixième participation.

Team USA a aussi trois “rookies” : Jimmy Walker, Jordan Spieth et l‘étoile montante Patrick Reed.

Le capitaine de cette équipe est le légendaire Tom Watson.

Les Européens sont favoris

Même si les Etats-Unis comptent 25 victoires, les Européens ont gagné sept des neuf dernières éditions, dont les deux dernières.

Ils ont dans leurs rangs quatre des six premiers du classement mondial : Rory McIlroy, Sergio Garcia, Henrik Stenson et Justin Rose.

Mais la dernière fois que les Américains sont venus s’imposer sur le Vieux Continent, en 1993, leur capitaine était déjà capitaine.

Selon notre spécialiste Joe Allen, “la forme actuelle des joueurs nous laisse penser que les Européens pourraient décrocher un troisième titre consécutif. Mais les précédentes éditions ont montré qu’il fallait se garder de tout pronostic. Rien n’est jamais garanti quand il s’agit de la bataille pour la conquête de la Ryder Cup”.