DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Royaume-Uni appelle l'Iran à rejoindre la coalition contre l'organisation État islamique


monde

Le Royaume-Uni appelle l'Iran à rejoindre la coalition contre l'organisation État islamique

Alors que David Cameron a annoncé que Londres allait passer à une nouvelle forme d’action, le Premier ministre britannique estime que Téhéran doit s’engager à son tour :“il faut donner à l’Iran l’occasion de montrer qu’il peut contribuer à faire partie d’une solution et non du problème. J’ai rencontré un peu plus tôt le président Rohani. Nous avons de graves désaccords, mais les dirigeants iraniens pourraient aider à vaincre la menace de l’organisation Etat islamique”, affirme le Premier ministre britannique.

Le parlement britannique se prononcera dès demain pour autoriser le Royaume-Uni à participer aux frappes aériennes internationales contre les jihadistes de l’auto-proclamé Etat islamique.

Le président iranien a affiché son scepticisme sur l’objectif des frappes américaines et arabes en Syrie. Hassan Rohani a également accusé les Etats-Unis d‘être à l’origine de cette mouvance terroriste dans la région. “Ces groupes n’existaient pas avant l’attaque contre l’Irak en 2003 et, selon toute probabilité, sans de telles attaques et invasions peut-être qu’ils n’auraient jamais été créés”, estime le président iranien.

Hassan Rohani devrait en dire plus dès cet après-midi lors de son intervention devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

“La rhétorique est pourtant bien différente de celle utilisée il y a 14 ans par George W.Bush. Barack Obama ne dit pas que “vous êtes avec ou contre l’Amérique”, il précise que le leadership américain est nécessaire pour créer la paix et la stabilité dans un monde incertain”, selon notre correspondant aux Etats-Unis, Stefan Grobe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le Nigéria n'est plus touché par le virus Ebola selon son président