DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Survivre à un crash aérien...

Vous lisez:

Survivre à un crash aérien...

Taille du texte Aa Aa

Survivre à un crash d’avion, autant dire que la plupart du temps la chose paraît difficile.
Et pourtant des gens s’y préparent comme ici à Heathrow à Londres.
Depuis 2004 près de 15 000 personnes ont suivi cette formation dispensée par British Airways.

Cette démonstration fait partie de la demi journée de formation au terme de laquelle les passagers doivent se sentir plus acteurs que simples spectateurs dans le cas d’une évacuation d’urgence.

Andy Clubb, instructeur sécurité à British Airways : « Nous commençons avec un exercice d’urgence et d‘évacuation, ainsi les gens deviennent conscients de ce qu’il faut faire, et les démonstrations de sécurité deviennent pertinentes. C’est un aide mémoire pour formuler un plan. La chose la plus importante c’est de se mettre en position de sécurité. C’est vital. Ils apprennent aussi à évacuer un avion en ouvrant les portes de secours qui se trouvent sur les ailes. »

Pendant un vol simulé, les passagers stagiaires sont confrontés à différents types d’accidents.

Andy Clubb : « Les passagers sentent toujours qu’ils sont un peu en dehors du coup tout au long du processus et on les met en situation d‘évacuation d’urgence pour leur donner l’opportunité d’y réfléchir, de se poser des questions, nous leur donnons les réponses et ils comprennent subitement que dans chaque situation où il y a une évacuation, où il y a une décompression, il y a vraiment des choses positives qu’ils peuvent faire pour reprendre le contrôle. »

Les stagiaires apprennent donc la meilleure position de sécurité à prendre, à ouvrir les portes de secours et ce pourquoi il ne faut gonfler son gilet qu’après être sorti de l’appareil. Chaque jour plus de 8 millions de personnes prennent l’avion lors de 93 500 vols. Lors de la dernière décennie on a enregistré 138 crashs mortels.