DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Toto et ses soeurs", un documentaire en immersion

Vous lisez:

"Toto et ses soeurs", un documentaire en immersion

Taille du texte Aa Aa

Trois gamins et une mère en prison pour trafic de drogue… la première du documentaire “Toto et ses soeurs” a eu lieu au Festival de Saint Sébastien. Il a été réalisé par l’Allemand Alexander Nanau, né en Roumanie. Il a suivi dans Bucarest une fratrie dans leur lutte quotidienne pour survivre.

Rencontre avec Alexander Nanau alors que son docu était toujours sur la table de montage. Le réalisateur s‘était fait connaître avec un autre documentaire “Le monde selon Ion B.”

Alexander Nanau : “Le travail n’est pas différent d’un travail avec un réalisateur et de vrais acteurs, les choses arrivent au travers de relations humaines. Si on arrive à établir une confiance alors les choses fonctionnent toutes seules. C’est comme dans la vie de tous les jours. Les meilleurs partenaires sont ceux qui vous conduisent là où vous êtes vraiment vous même. Et c’est mon rôle en tant que réalisateur : installer cette relation de confiance où les gens sont juste eux mêmes.”

Toto apprend à danser, à lire à écrire alors que ses soeurs cherchent à ne pas tomber dans la prostitution.

Alexander Nanau : “Avec cette façon de faire des films où on ne sent pas la présence du réalisateur, on a franchi les frontières du classique film documentaire. Pour les spectateurs c’est comme voir un film d’action avec des vrais gens alors que je n’ai jamais dit quoi que ce soit ou fait de la mise en scène. C‘était comme filmer la vraie vie, ce qui se passait devant la caméra. Et ensuite vous structurez l’histoire dans la salle de montage et cela m’a pris une année et demi pour faire ce documentaire.”

Alexander Nanau a suivi les gamins et leur mère pendant plus d’une année et il s’attendait à des retrouvailles familiales…

Alexander Nanau : “A la fin il s’agit juste de trois gamins qui apprennent qu’il vaut mieux ne pas être avec leur mère.”