DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cameron demande le feu vert du Parlement britannique contre l'EL


Royaume-Uni

Cameron demande le feu vert du Parlement britannique contre l'EL

Le Premier ministre conservateur a expliqué sa position sur la participation du Royaume-Uni à la coalition internationale menant des frappes contre les jihadistes en Irak. David Cameron a rappelé que cette “guerre allait durer plusieurs années”.

“Nous devons également pensé aux conséquences de l’inaction. Si nous permettons à l’organisation État islamique de croître, il ne fait aucun doute dans mon esprit que le niveau de menace dans le pays augmentera. Nous avons déjà vu leurs meurtriers à l‘œuvre sur des victimes innocentes dans un musée de Bruxelles. Nous avons des cellules ici de cette organisation, si nous ne prenons pas des mesures qui sait combien ils seront plus forts”, estime David Cameron.

David Cameron a rappelé l’exécution de l’humanitaire David Haines par les jihadistes et la menace pesant sur deux autres otages britanniques. Il a justifié le rôle de Londres par la demande d’aide des autorités irakiennes et le soutien des Nations Unies contrairement à la guerre en Irak en 2003.

Ed Miliband a apporté le soutien de l’opposition travailliste tout en appelant à une solution globale d’un point de vue militaire précis, mais sans oublier les aspects humanitaires et diplomatiques. “Ceux qui préconisent une action militaire aujourd’hui ont à persuader les membres de cette Chambre qu’il ne s’agit pas seulement de l’organisation État islamique qui est une organisation diabolique, mais que la Grande-Bretagne prend part à une action militaire en Irak”.

Le vote devait avoir lieu dans l’après-midi.

Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours pour dénoncer la participation de Londres dans les frappes contre l‘État islamique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les musulmans de France manifestent contre "l'amalgame et la violence barbare"