DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Groupe État islamique : "Pas en mon nom"


perspectives

Groupe État islamique : "Pas en mon nom"

Un hommage a été rendu à Hervé Gourdel, l’otage français décapité en Algérie par des jihadistes affiliés à l’organisation État islamique. Dans son village de Saint-Martin-Vésubie, ils ont été nombreux à se rassembler pour dire un dernier au revoir à ce guide de haute montagne sauvagement assassiné. Son exécution a engendré de nombreuses réactions dans toute la France, notamment au sein de la communauté musulmane.

La toile et les réseaux sociaux sont devenus le moyen de propagande principal des combattants de l‘État islamique qui mènent une véritable stratégie de la terreur pour recruter, radicaliser et lever des fonds. Cette guerre de propagande portée par des images horrifiantes et relayée par les réseaux sociaux a un impact considérable chez des jeunes partant mener la guerre sainte en Irak et en Syrie. Elle touche aussi l’Occident et la France où l’armée islamique jouirait, selon certaines sources, d’un crédit considérable dans l’opinion publique.

Alors que l’armée algérienne mène une vaste opération pour retrouver le corps d’Hervé Gourdel, à Tizi-Ouzou, un rassemblement a été organisé pour rendre hommage à l’otage français décapité. De leur côté de jeunes musulmans britanniques se sont mobilisé pour lutter contre les amalgames entre islam et extrémisme. Une vidéo s’est répandue sur les réseaux sociaux britanniques. Dans ce mini-film, des musulmans de tout le Royaume-Uni clament le même message : “Not in my name”, “Pas en mon nom”, s’adressant directement à l’organisation de l’Etat Islamique. Le slogan a été repris sur les réseaux sociaux français et s’est très vite répandu.

Plus d’un million et demi de réfugiés syriens se trouvent actuellement en Turquie. C’est le dernier chiffre avancé par Ankara. Ils ont fui les combattants de l’organisation État islamique et ont pour la plupart tout laissé derrière eux. Ils survivent désormais dans des camps en Turquie. Dans le district de Suruç, la population a doublé en seulement une semaine.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

perspectives

Ebola : MSF dénonce l'inaction occidentale