DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hong Kong : manifestations et répression plus dures

Vous lisez:

Hong Kong : manifestations et répression plus dures

Taille du texte Aa Aa

Cette scène est très rare à Hong Kong. Des manifestations monstres dans le centre-ville, et des jets de gaz lacrymogènes, c’est inhabituel dans l’ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997. Les manifestants ont répondu à l’appel de Occupy Central, l’organisation pro-démocratie menée par deux universitaires et un prêtre. Cette colère c’est pour dénoncer la décision de Pékin de limiter la portée du suffrage universel. Pékin a annoncé en août que les Hongkongais pourront élire leur chef de l’exécutif en 2017, mais parmi seulement deux ou trois candidats sélectionnés par un comité.

“Le gouvernement de Hong Kong est résolu à s’opposer aux actions d’occupation illégale de Occupy central, déclare Leung Chun-ying, l’actuel chef de l’exécutif. La police doit continuer à gérer la situation en conformité avec la loi “.

L’action de Occupy Central devait commencer le 1er octobre. Mais la mobilisation estudiantine, depuis des semaines, a accéléré le mouvement. Ce week-end, la détermination s’est renforcée, à la hauteur de la répression.