DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Naufrages en Méditerranée : le commissaire-désigné reste évasif


Le bureau de Bruxelles

Naufrages en Méditerranée : le commissaire-désigné reste évasif

Une fois encore, Amnesty International dénonce la passivité de l’Europe face aux migrants qui périssent en Méditerranée. Une passivité coupable. C’est faute de navires et de volonté politique que que ces naufrages se poursuivent à un rythme croissant, accuse l’ONG.

“ L’Union européenne contribue certainement au bilan sans cesse plus lourd des morts en mer parce qu’elle ferme ses frontières terrestres, en particulier dans le sud-est de l’Europe. Et on voit que tandis que le nombre de personnes essayant de passer les frontières terrestres diminue, il y a de plus en plus de personnes qui empruntent la voie la plus dangereuse, en Méditerranée centrale “, explique Matteo de Bellis d’Amnesty.

Dans son rapport, Amnesty International estime que plus de 2.500 personnes ont péri durant les neuf premiers mois de l’année, noyés en Méditerranée. Les eurodéputés, qui auditionnaient ce mardi le prochain commissaire en charge de la Migration ont donc réclamé des réponses concrètes. Pour autant, le grec Dimitris Avramopoulos n’en a pas dit long sur ses projets. Issu d’un pays qui est l’une des principales portes d’entrée des migrants, il ouvre néanmoins la voie à une réflexion sur l’agence européenne de surveillance des frontières.

“ La sécurité ne doit pas nous conduire à transformer l’Europe en forteresse. Aidez-moi à renforcer Frontex. Quant au rôle de Frontex, qui sert seulement à sécuriser les frontières et pas à rechercher et secourir les personnes en détresse, c’est quelque chose que nous devrons examiner “, a déclaré Avramopoulos.

A l’issue des trois heures d’audition, l’eurodéputée verte Ska Keller dit, elle, être restée sur sa faim :

“ Il était très général sur certains points. Je peux le comprendre parce que c’est nouveau pour lui, il ne peut pas répondre sur chaque détail. Mais j’aurais aimé savoir ce qu’il prévoit de faire plus concrètement. Et la réponse a grosso modo été qu’il ne voulait pas lancer de nouvelles réformes mais appliquer ce qui existe. “

La seule opération en cours visant spécifiquement à sauver les naufragés a pour nom Mare Nostrum et est une initiative italienne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Examen de passage sans trop de vagues pour Cecilia Malmström