DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quinze morts dans l'explosion d'une usine de munitions en Bulgarie

Vous lisez:

Quinze morts dans l'explosion d'une usine de munitions en Bulgarie

Taille du texte Aa Aa

L’explosion d’une usine de munition en Bulgarie a fait quinze morts.

Selon le directeur de la défense civile, une erreur humaine est sans doute à l’origine du drame de Gorni Lom.

Les procédures de sécurité du site sont vivement critiquées : ainsi, de nombreuses irrégularités avaient été relevées il y a deux semaines.

“L’usine a été littéralement incinérée. Les bâtiments ont été détruits. Il n’y a plus rien. La police utilise des caméras thermiques pour essayer de retrouver des signes de vie, mais pour l’instant, aucun signe de vie n’a été détecté”, explique le secrétaire général du ministère de l’Intérieur.

La déflagration a été extrêmement puissante, deux bâtiments ont été totalement détruits. Quelque 200 kg d‘éclats de munitions ont été projetés à des centaines de mètres, blessant également six personnes.

“Nous étions en train de quitter l’usine, nous nous trouvions près de la sortie. C’est à ce moment-là qu’il y a eu une terrible explosion, et quelque chose m’a touché, un projectile, et je suis tombé et je ne me souviens de rien d’autre.”

Le président Bulgare a communiqué son indignation, face à un drame qui n’est, dit-il, malheureusement pas un précédent”.

Ainsi, deux autres explosions étaient déjà survenues en 2007 et 2010 dans cette même usine, sans faire de morts toutefois.

Une cinquantaine de personnes sont employées sur le site où sont produits mais aussi détruits des mines et des explosifs.

L’industrie d’armement bulgare, florissante à l‘époque communiste, a été rachetée dans les années 1990 par des entrepreneurs privés. La sécurité de ces établissements fait souvent l’objet de polémiques.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national vendredi.

L’explosion d’une usine de munition en Bulgarie a fait quinze morts.

Selon le directeur de la défense civile, une erreur humaine est sans doute à l’origine du drame de Gorni Lom.

Les procédures de sécurité du site sont vivement critiquées : ainsi, de nombreuses irrégularités avaient été relevées il y a deux semaines.

“L’usine a été littéralement incinérée. Les bâtiments ont été détruits. Il n’y a plus rien. La police utilise des caméras thermiques pour essayer de retrouver des signes de vie, mais pour l’instant, aucun signe de vie n’a été détecté”, explique le secrétaire général du ministère de l’Intérieur.

La déflagration a été extrêmement puissante, deux bâtiments ont été totalement détruits. Quelque 200 kg d‘éclats de munitions ont été projetés à des centaines de mètres, blessant également six personnes.

“Nous étions en train de quitter l’usine, nous nous trouvions près de la sortie. C’est à ce moment-là qu’il y a eu une terrible explosion, et quelque chose m’a touché, un projectile, et je suis tombé et je ne me souviens de rien d’autre.”

Le président Bulgare a communiqué son indignation, face à un drame qui n’est, dit-il, malheureusement pas un précédent”.

Ainsi, deux autres explosions étaient déjà survenues en 2007 et 2010 dans cette même usine, sans faire de morts toutefois.

Une cinquantaine de personnes sont employées sur le site où sont produits mais aussi détruits des mines et des explosifs.

L’industrie d’armement bulgare, florissante à l‘époque communiste, a été rachetée dans les années 1990 par des entrepreneurs privés. La sécurité de ces établissements fait souvent l’objet de polémiques.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national vendredi.