DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les catholiques de Lyon soutiennent leurs frères d'Irak


Irak

Les catholiques de Lyon soutiennent leurs frères d'Irak

Un grand dîner de charité à Lyon en soutien à la communauté chaldéenne d’Irak, et l’annonce du jumelage des diocèses de Lyon et celui de Mossoul.

Près de 800 personnes se sont réunies hier soir dans les jardins de la basilique de Fourvière pour montrer solidarité et soutien fraternel aux communautés chrétiennes d’Irak, frappées et déplacées par les djihadistes.

Cette femme, irakienne, a toujours de la famille sur place :
“Ils ont passé un mois à errer dans le pays, à dormir dans les rues des villes qu’ils traversaient, avant de pouvoir être finalement hébergés par des proches, et au moins pouvoir dormir dans un vrai lit”.

Le patriarche des Chaldéens, autrement dit les catholiques d’Irak, a souhaité que “l’on en finisse avec cette violence qui n’a pas d’avenir”. Monseigneur Barbarin, cardinal et archevêque de Lyon, lui a remis symboliquement les clés d’une ambulance offerte par le diocèse.

Philippe Barbarin :
“Ils souffrent tellement que surtout il faut qu’ils sachent qu’ils ne sont pas seuls, qu’ils ne sont pas oubliés, qu’ils ne sont pas abandonnés. On voit ce dont ils ont besoin, mais eux ils disent eux-mêmes on n’a pas d’abord besoin d’argent, on a d’abord besoin de votre amitié, on a d’abord besoin de votre prière”.

Raphaëlle Tavernier a assisté à ce dîner pour Euronews :
“Au-delà d’une aide matérielle, c’est d’un soutien moral et fraternel dont ont besoin les Chrétiens d’Iraq, et au-delà tous les refugiés Syriens et Irakiens. Alors, pour leur apporter une lueur d’espoir, la ville de Lyon a décidé d’exporter sa célèbre Fête des Lumières. Des milliers de petits lumignons seront transportés vers Baghdad et Erbil le 8 décembre prochain”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une centaine de personnes placées sous surveillance en marge du cas d'Ebola au Texas