DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turner Prize 2014, le dernier carré


le mag

Turner Prize 2014, le dernier carré

En partenariat avec

Le lauréat du Turner Prize se cache encore derrière ces oeuvres. Elles sont exposées à la Tate Britain à Londres. Parmi elles celles de la Canadienne Ciara Philips installée en Ecosse qui travaille sur tout type d’imprimés.

Elle fait partie des quatre finalistes d’un prix qui fait souvent parler de lui pour la controverse soulevée par certaines oeuvres.

Estelle Lovatt, critique d’art : “On a ici des artistes obscurs et ce ne sont pas des artistes qui nous sont normalement familiers, donc sous cet aspect c’est assez enthousiasmant. En terme de matériaux utilisés, il y en a un qui est plus traditionnel quand on s’attend à voir des images au mur dans une galerie, mais pour les autres, il y a toujours des images au mur, mais elles bougent, on a beaucoup de vidéo et c’est ce qui est différent cette année.”

A l’instar des oeuvres de Duncan Campbell qui incorpore de nombreuses sources dans ses films.

James Richards s’est lui aussi approprié de nombreux éléments pour faire ce film ‘Rosebud’ dont des images trouvées, et des petits films réalisés avec avec des caméras étanches.

Enfin Tris Vonna Michell raconte des histoires dont les strates sont multiples à base de scripts visuels, de projection de diapo, de photocopies.

L’annonce du nom du lauréat du Turner Prize aura lieu le premier décembre prochain.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Paris : Chanel dans la rue !