DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dry the River : un album plus viscéral


le mag

Dry the River : un album plus viscéral

En partenariat avec

Après deux ans de gestation Dry the River sort son deuxième album. Un opus considéré par beaucoup comme plus risqué, plus engagé, pour le groupe indé britannique grandi sur un terrain de rock alternatif et de folk.

Peter Liddle : “Je scrute tous les médias sociaux depuis que le disque est sorti, et tout le monde me dit d’arrêter de le fair. Mais j’ai lu chaque commentaire, et j’ai répondu à tous ceux que j’ai pu. Donc pour moi maintenant c’est un peu flou désormais quant à savoir qui a dit quoi. Je me souviens de quelqu’un qui disait qu’on avait le son de U2 sur le nouveau disque. Je ne savais pas qu’en penser.”

L’album “Alarms in the Heart” a été enregistré en Islande au studio Sigur Ros’, à Glasgow et en Angleterre mais ce sont les terres polaires qui auraient eu un influence majeure sur le disque.

Peter Liddle : “On avait ces deux éléments sur le disque, cette sorte d’atmosphère très détendue, ces sons atmosphériques qu’on avait fait en Islande et ces nouvelles chansons plus nerveuses, plus viscérales, et qui nous ressemblaient plus je pense. Et donc nous avons été capables de relier ces choses ensemble et trouver un chemin pour sortir du tunnel et pour faire tout un disque.”

Après une tournée estivale qui est passée par Glastonbury, Dry the River est actuellement en train de tourner au Royaume-Uni.

Prochain article

le mag

Tokio Hotel, ils reviennent !