DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ebola : le cri d'alarme de l'Unicef pour les enfants


Le bureau de Bruxelles

Ebola : le cri d'alarme de l'Unicef pour les enfants

En Afrique de l’Ouest, des milliers d’enfants continuent de souffrir indirectement de l‘épidémie d’Ebola. La faute à un système de santé en plein chaos. Manque de personnels soignants, de médicaments, de vaccins, absence de soins pour les femmes enceintes… Autant de risques qui menacent potentiellement quelque 2 millions et demi d’enfants de moins de cinq ans.

La responsable de la communication de crise de l’Unicef, Sarah Crowe, revient tout juste de Monrovia, la capitale du Liberia. ‘‘Il est essentiel de revitaliser les services de santé. Pour cela, il faut motiver, donner des salaires appropriés aux personnels soignants, les encourager à gérer les centres. Ce serait un scandale absolu si de plus en plus d’enfants commençaient à mourir de maladies que l’on peut prévenir,comme la rougeole ‘’, souligne-t-elle.

L’Unicef avait lancé mi-septembre un appel de 200 millions de dollars pour venir en aide aux enfants dans les pays touchés par Ebola. Jusque-là, l’ONG n’a reçu que 25 % de cette somme. Hormis le problème financier, Sarah Crowe déplore un manque de solidarité, y compris au sein de la communauté humanitaire.

‘‘Les gens ont peur de venir. Beaucoup d’ONG de santé ont quitté le pays. Certaines commencent à revenir, car elles réalisent que si on ne s’attaque pas à Ebola, en Afrique de l’Ouest, l‘épidémie va s‘étendre bien au-delà. C’est devenu un problème mondial, une solution mondiale est nécessaire.’‘

Le problème des orphelins et de leur stigmatisation est l’autre défi à relever pour l’Unicef. Depuis le début de l‘épidémie, plus de 3.700 enfants ont déjà perdu un ou leurs deux parents. L’ONG craint que ce chiffre ne double d’ici la fin du mois.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Opération Anaconda : l'Otan se prépare en cas d'agression russe