DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Jonathan Hill, deuxième prise


Le bureau de Bruxelles

Jonathan Hill, deuxième prise

Un oral de rattrapage pour garder le portefeuille des services financiers dans la prochaine Commission européenne… Le Britannique Jonathan Hill a de nouveau été auditionné par des eurodéputés ce mardi. Et il a de nouveau rejeté les critiques le décrivant comme un eurosceptique à la solde de la City de Londres, réaffirmant que son passé de lobbyiste n’influencerait en rien son travail de commissaire européen.

“ Pour dire les choses simplement, il n’y a pas de conflit d’intérêt. Je n’ai plus d’intérêts financiers d’aucune sorte en lien avec mon passé et j’agirai dans l’intérêt de l’Union européenne dans son ensemble et pas dans l’intérêt d’un Etat membre quelqu’il soit ou d’intérêts financiers dans quelque pays que ce soit “, s’est-il défendu.

Mais pour certains élus du Parlement européen, ce n’est pas aussi clair. Le Vert Sven Giegold aurait souhaité que Jonathan Hill en dise plus sur ses anciens clients :

“ Des doutes demeurent sur ce portefeuille parce qu’il ne semble pas prêt à se soumettre à la transparence promise en ce qui concerne son passé. Il ne nous a pas donné de noms, ne nous a pas dit pour quelles sociétés de services financiers il avait travaillé, et donc il fait plutôt penser à quelqu’un qui a des choses à cacher. “

“ Je pense que Jonathan Hill a fait une bonne prestation, juge au contraire le britannique Ashley Fox. En réalité, la première prestation était bonne aussi. Il a été rappelé parce qu’il est un conservateur britannique. C’est donc pour des raisons politiques que nous avons dû en passer par une seconde audition. “

D’autres commissaires désignés, à l’image du hongrois, n’ont pas convaincu et des réattributions de poste seront sans doute nécessaires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Amazon sous le coup d'une enquête de la Commission