DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vive polémique en Espagne après le 1er cas de contamination d'Ebola hors d'Afrique


Espagne

Vive polémique en Espagne après le 1er cas de contamination d'Ebola hors d'Afrique

L’opposition de gauche et les syndicats des personnels médicaux notamment les infirmières et les infirmiers ont protesté contre l’impréparation du pays face au virus. Ils dénoncent diverses failles dans les protocoles sanitaires sur fond de crise de la santé publique et d’austérité.

“Notre attitude en tant qu‘équipe médicale, c’est de renforcer les mesures de précaution et de mettre encore plus d’engagement dans ce que nous faisons parce que nous n’avons rien fait qui puissent gêner les protocoles qu’ont nous a demandé de suivre”, affirme cette infirmière syndiquée.

La ministre de la Santé, Ana Mato qui appelait hier la population au calme est clairement montrée du doigt. Et de plus en plus de voix réclament sa démission : “nous demandons une enquête et que ceux qui sont responsables soient relevés de leurs fonctions. Si quelqu’un doit démissionner, qu’il démissionne. Et si quelqu’un est responsable de cela, et bien, il doit partir”, réclame ce leader syndical des infirmières et des infirmiers.

Les personnels de santé exigent la transparence et les moyens nécessaires pour mener à bien leur mission médicale.

“Ici, à l’hôpital Carlos III, une infirmière qui a été appelée en urgence pour traiter l’infirmière contaminée, nous a expliqué qu‘à l’intérieur de l’hôpital, l’atmosphère est très tendue. L‘état de Teresa, l’infirmière contaminée évolue correctement et elle reçoit un traitement expérimental via le sang d’une religieuse ayant contracté le virus Ebola en Afrique”, explique notre envoyé spécial à Madrid, Carlos Marlasca.

A lire aussi

Tout ce qu'il faut savoir sur le virus Ebola

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : la bataille de Kobané fait rage