DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sans doute une seule recalée dans la Commission Juncker


Le bureau de Bruxelles

Sans doute une seule recalée dans la Commission Juncker

La Slovène Alenka Bratusek ne devrait pas faire partie de la prochaine Commission européenne. L’ancienne première ministre libérale est en tout cas rejetée par la majorité des eurodéputés consultés. Sur 127, 112 ont voté contre sa confirmation au poste de Vice-présidente chargée de l’Energie. En cause, son auto-nomination avant la chute de son gouvernement et un prestation qui n’a pas convaincu.

L’Espagnol Miguel Arias Cañete s’en sort, lui, nettement mieux. Alors qu’on lui reproche d’avoir gardé des liens indirects avec le secteur pétrolier, le Parlement accepte qu’il soit responsable du Climat et de l’Energie. Un maintien qu’il doit au pacte scellé entre les chrétiens-démocrates et les socialistes européens. Les socialistes auraient voulu faire tomber le très impopulaire Cañete, mais alors ils auraient dû accepter en retour la chute du Français Pierre Moscovici, désigné commissaire aux Affaires économiques et monétaires. Finalement, les deux hommes ont sauvé leur fauteuil.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Conchita Wurst donne un concert devant le Parlement européen