DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cartoon Forum, à la pêche aux investisseurs

Vous lisez:

Cartoon Forum, à la pêche aux investisseurs

Taille du texte Aa Aa

Le Cartoon Forum, plate-forme de coproduction de séries animées européennes, a récemment organisé sa 25e édition à Toulouse, dans le sud-ouest de la France.

Tout tourne autour de l’argent, beaucoup d’argent, ici au Cartoon Forum, où producteurs, diffuseurs et investisseurs se sont rencontrés. Le concept : regarder des bandes-annonces, des présentations de projets, négocier et nouer des contacts.

L‘édition 2014 a enregistré un record de participants : 870 professionnels de l’industrie de l’animation, 84 projets. Diffuseurs publics et privés jouent un rôle clé dans le financement de l’industrie européenne de l’animation. Mais les acheteurs des plate-formes digitales sont également très présents, à la recherche de programmes pour leurs offres de vidéo à la demande.

Le nerf de la guerre, c’est la présentation de projet. La première impression est primordiale. Beaucoup de stress et peu de temps. Quelles informations sont les plus importantes ? Chaque présentation de projet est encadrée par un tuteur expérimenté qui peut donner des conseils.

Présenter un nouveau projet devant un large public, un exercice pas si simple. Surtout quand il s’agit de convaincre les investisseurs de faire un chèque, un gros chèque. Exemple avec ce projet de série télé irlandaise qui prévoit 52 épisodes de 11 minutes.

Wolfgang Spindler, euronews :
“Vous avez besoin de beaucoup d’argent ?”

Andrew Fitzpatrick :
“Beaucoup, mais on l’a déjà fait par le passé et je suis sûr qu’on va le refaire, cette série est très intéressante, elle ne coûte que quatre millions et demi d’euros.”

Et qu’est-ce qui est important quand on présente un projet ?

“Ne pas se faire pipi dessus sous la pression, voilà l’objectif… Non, rester calme et bien se préparer”, répond Paul Young, producteur et PDG de Cartoon Saloon.

“Être capable de présenter un projet dans le temps imparti et apporter à l’audience toute l’information dont elle a besoin demande de la discipline”, ajoute Joan Lofts, qui encadre l’une des équipes présentant un projet.

“Pousser sur la créativité et montrer qu’on a vraiment envie de le faire”, dit Françis Nielsen, lui aussi associé à une équipe présentant un projet.

Cette année le Cartoon Forum a vu une inflation du nombre de projets hybrides, où se mêlent animation et images filmées.

Le projet “Ernest et Célestine” s’inspire du film du même nom nommé aux derniers Oscars. Malgré les aides publiques françaises et le succès au box-office, il faut quand même aller à la chasse aux investisseurs pour produire 26 épisodes de 13 minutes, dit Didier Brunner, producteur chez Les Armateurs : “c’est quand même une production qui va coûter assez cher, parce qu’on la veut prestigieuse, on la veut de haute qualité. Donc il faut se donner les moyens de ça et les moyens de ça, ça veut dire qu’il faut trouver des partenaires en Belgique, en Allemagne, en Scandinavie et au-delà des mers peut-être, pourquoi pas le Canada et les États-Unis… Voilà.”

“Une partie de la main d‘œuvre qui a été sous-traitée assez longtemps en Asie revient, commente Marc Vandeweyer, directeur général de Cartoon Movie. Donc à la fois l‘évolution de la technologie le permet, à la fois aussi, le niveau de qualité que les producteurs européens souhaitent élever fait que voilà, il y a vraiment de la fabrication et de la main d‘œuvre qui est rapatriée en Europe.”

L’animation, c’est cher. Le coût de fabrication de la moitié des productions européennes oscille entre 5 000 et 10 000 euros la minute. Sur les 25 éditions du Forum, plus de 500 projets de séries animées ont été présentés. Plus d’un tiers en sont ressortis avec leur financement.

Les séries télé animées qui ont trouvé un financement lors des 25 éditions du Forum représentent un budget total de près de deux milliards d’euros. Voilà un bon prétexte pour célébrer l’anniversaire du Cartoon Forum.