DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ebola: préoccupation de plus en plus mondiale

Vous lisez:

Ebola: préoccupation de plus en plus mondiale

Taille du texte Aa Aa

Inexorablement, l’inquiétude grandit face au risque de propagation de l‘épidémie d’Ebola. Chaque poussée de fièvre devient suspecte.

En Macédoine, un ressortissant britannique est décédé ce jeudi à l’hôpital. Les autorités locales ont indiqué qu’il présentait des symptômes correspondants à ceux d’Ebola, avant de préciser qu’il pourrait s’agir d’une autre maladie.

En France, une femme a été admise ce vendredi dans l’un des deux hôpitaux de référence parisiens habilités à prendre en charge des cas d’Ebola, suspects ou avérés. Le ministère de la Santé a aussitôt apporté la précision suivante : “Si un cas d’Ebola venait à être confirmé en France, il ferait l’objet d’une information publique immédiate, ce n’est pas le cas pour l’instant”.

Ce jeudi, une réunion était organisée à Washington pour coordonner la réponse face au virus.

“C’est une épidémie volatile, qui évolue rapidement, la lutte va donc être longue, a déclaré Dr Tom Frieden, directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Depuis trente ans que je travaille dans la santé publique, la seule chose comparable a été le Sida. Et nous devons tout faire pour que cela n’ait pas l’ampleur du Sida”.

En Amérique du nord, en Europe et en Afrique (on le voit ici au Maroc), les autorités s’emploient à renforcer les contrôles notamment dans les aéroports. Ces contrôles visent les voyageurs en provenance de Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia. Ces trois pays ouest-africains sont les plus touchés par Ebola. L‘épidémie de fièvre hémorragique y a fait déjà près de 4000 morts.

A lire aussi

Tout ce qu'il faut savoir sur le virus Ebola