DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les filles aussi partent en Syrie faire le jihad


France

Les filles aussi partent en Syrie faire le jihad

Elle s’appelle Sarah, a 18 ans et elle est partie faire le jihad en Syrie. Cette adolescente a quitté le sud de la France en mars dernier. Depuis, ses parents lui ont parlé à trois reprises sans la convaincre de rentrer. Ils sont persuadés que c’est ce genre de propagande sur internet qui a fait basculer la jeune fille. Voile, prière, déscolarisation.
Sarah dit aujourd’hui être heureuse. Ce que conteste sa mère :
“C’est un enlèvement moral parce qu’on les suit explique Séverine Mehenni. Et je ne sais pas combien de temps Sarah a été endoctrinée sur internet. Elle passait beaucoup de temps sur internet mais ils ont dû dire des choses et des choses, du lavage de cerveau pour qu’elle en arrive là.”

Elle n’aurait jamais pensé que Sarah se servirait de son passeport pour un tel voyage. “J’espère vraiment, je ferai tout mon possible pour que ma fille revienne, ça c’est sûr. Mais quand elle reviendra en France, ce sera un deuxième combat avec le gouvernement français, ma fille, une terroriste ?”

Dans le cadre du projet de loi sur la lutte contre le terrorisme, Sarah pourrait être arrêtée si elle rentre en France.

A Avignon, le frère de Nora, 15 ans, se sent lui aussi impuissant à ramener sa soeur en France. Il est allé en vain la chercher en Syrie : “Ca m’a encore plus motivé de la récupérer parce que j’ai vu dans l‘état dans lequel elle était, c‘était vraiment horrible. Elle est normalement plus mate que moi et quand je l’ai vue, elle était plus blanche et elle avait le visage enflé, le teint jauni. Je crois qu’elle est vraiment atteinte psychologiquement. Elle n’arrêtait pas de pleurer et de taper sa tête contre les murs. “

Cette lycéenne fait partie des dizaines de jeunes filles européennes qui sont parties en Syrie, un aspect du 
conflit qui commence à inquiéter les autorités.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Malala et Kailash Satyarthi, prix Nobel de la Paix 2014