DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"The Good Lie", l'odyssée de réfugiés soudanais réinstallés aux USA

Vous lisez:

"The Good Lie", l'odyssée de réfugiés soudanais réinstallés aux USA

Taille du texte Aa Aa

Les drames de la guerre civile au Soudan. C’est l’un des thèmes abordés par le réalisateur québécois Philippe Falardeau dans son dernier film "The Good Lie". L’histoire de quatre rescapés qui arrivent aux États-Unis. Reese Witherspoon incarne Carrie Davis, chargée de les aider à commencer cette nouvelle vie.

L’actrice américaine a préparé le tournage en se rendant dans un camp de réfugiés au Kenya : “peu importe combien de documentaires vous regardez ou tout ce que vous pouvez lire, le voir de ses propres yeux est extraordinaire. C’est extraordinaire de voir 250 000 personnes vivant à un endroit et se débrouillant avec très peu, et je suis contente qu’on ait fait un film qui je l’espère sensibilisera sur ce qui se passe dans les camps de réfugiés.”

“The Good Lie” s’inspire de l’histoire vraie de quelques milliers d’orphelins soudanais qui ont pu émigrer aux États-Unis au début des années 2000. Les États-Unis autorisent plusieurs milliers de réinstallations chaque année par l'intermédiaire de l'Organisation internationale pour les migrations.

Les quatre réfugiés du film sont joués par des acteurs soudanais dont Ger Duany, qui a lui-même un passé d’enfant-soldat : “la région continue de souffrir, et c’est pour cette raison que ce film doit être partagé dans le monde entier. Pour que les gens voient ce qu’il se passe exactement.”

Nommé dans plusieurs festivals, “The Good Lie” a reçu le prix du jury à Deauville.