DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

New York veut se prémunir d'une arrivée du virus Ebola


Etats-Unis

New York veut se prémunir d'une arrivée du virus Ebola

L’aéroport John-Fitzgerald Kennedy de New York a mis en place depuis ce samedi des contrôles renforcés pour tenter d’empêcher la propagation du virus Ebola.

Des mesures similaires seront appliquées dans les prochains jours dans les aéroports de Chicago, de Washington et d’Atlanta.

JFK” est l’aéroport américain qui accueille la majorité des passagers en provenance de Sierra Leone, du Liberia et de Guinée, les trois principaux foyers de l‘épidémie en Afrique de l’Ouest.

Les passagers en provenance de ces pays doivent répondre à un questionnaire sur leur état de santé. Et ils se font prendre la température avec des thermomètres sans contact.

Toutes ces mesures sont plutôt bien accueillies.

“Cela vaut la peine, estime Boniface Osuagwu, originaire du Nigeria. Tout ce qui peut contribuer à limiter le risque vaut la peine. Qu’importe les désagréments occasionnés, tant que c’est pour notre bien !”

Même sentiment chez un passager de retour du Cambodge : “Pour moi, il n’y a pas lieu de mégoter. Ce qui compte, c’est notre santé. Il faut donc sécuriser notre frontière.”

Les Etats-Unis veulent éviter que ne se reproduise l’erreur commise à Dallas. Thomas Eric Duncan, patient libérien atteint d’Ebola avait été renvoyé chez lui après s‘être présenté une première fois à l’hôpital. Il avait finalement été admis aux urgences avant de succomber quelques jours plus tard.

Ses proches pointent du doigt le système hospitalier. Josephus Weeks, est le neveu de la victime. “Quand vous avez un patient qui se pointe avec plus de 39° de fièvre, dit-il, moi si j’avais été médecin, je l’aurai immédiatement traité pour faire tomber la température, ou j’aurai fait un test. D’autant plus si le type vous dit, avec un fort accent africain qu’il arrive du Liberia.”

Thomas Eric Duncan est le premier patient à avoir été diagnostiqué hors d’Afrique.
Sur le continent africain, ce sont chaque jour, des dizaines de cas qui sont recensés. Le virus a déjà fait plus de 4000 morts depuis le début de l’année.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Washington prévient que la lutte contre l'EI est un effort "sur le long terme"