DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

4 555 morts du virus Ebola, la lutte continue en Afrique de l'Ouest

Vous lisez:

4 555 morts du virus Ebola, la lutte continue en Afrique de l'Ouest

Taille du texte Aa Aa

Informer, éduquer pour tenter d’endiguer la propagation du virus Ebola, c’est ce que des centaines de volontaires tentent de faire à Monrovia, au Liberia. Mais l’ONU et la Banque mondiale s’alarment du manque de solidarité internationale pour les pays d’Afrique de l’Ouest. Ils appellent les donateurs à concrétiser leurs promesses de dons. Les Nations unies ont reçu jusqu‘à présent 377 millions de dollars sur les 988 millions demandés. Il n’y a pas assez d’argent pour financer les campagnes de sensibilisation, venir en aide aux centres de soins ou aux 3 700 orphelins que l‘épidémie a engendrés.

Au Liberia, où Ebola a tué 2 500 personnes, les orphelins sont nombreux.
Miatta a perdu ses parents. Bientôt maman à son tour, elle doit aussi prendre soin de ses trois soeurs :

“Notre père est mort en août, et notre mère le mois dernier en septembre. J’ai besoin de beaucoup d’aides, j’ai besoin d’argent pour la scolarité, pour les vêtements, parce que tous les vêtements sont restés dans la maison, et ils ont tout brûlé pour éviter la contamination.”

Le dernier bilan de l’OMS fait état de 4 555 morts du virus Ebola et de 9 216 cas enregistrés.

La Côte d’Ivoire et le Mali, pays frontaliers du Liberia, ont été déclarés à haut risque. Dans la région ivoirienne de Tonkpi, la prévention est de mise, comme l’explique Kone Disso, travailleur social, qui passe de maison en maison avec la fiche des gestes à éviter :

“Nous sommes une zone à risque, et si nous ne faisons pas de prévention, nous verrons bientôt des cas en Côte d’Ivoire.”

En Sierra Leone, le PAM a par ailleurs annoncé le lancement d’une distribution immédiate d’aide alimentaire à 265 000 habitants de Freetown.

Dans son ancienne colonie, Londres a aussi envoyé un navire médicalisé, des hélicoptères, et à terme, 750 militaires vont débarquer pour aider à la construction d’un centre de traitement des malades d’Ebola.