DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Lifting en profondeur pour la politique ukrainienne


Ukraine

Lifting en profondeur pour la politique ukrainienne

Les Ukrainiens veulent du changement. Exit les anciens politiciens disent-ils. Il faut du sang neuf. Après la mise en place d’un nouveau gouvernement et l‘élection, en mai dernier, d’un nouveau président, les législatives anticipées sont donc la prochaine étape sur la voie du renouveau. C’est en tout cas ce que croient des millions de personnes à travers le pays. À l’image de Mustafa Nayem. Ce militant, ancien journaliste politique est entré en politique aux côtés de Petro Porochenko.

“J’avais le choix entre critiquer le système en tant que journaliste politique ou tenter de changer le système de l’intérieur, j’ai choisi la deuxième option. Notre succès dépendra de notre ténacité et de l’aptitude qu’aura le système à se battre”, dit-il.

Des réformes profondes, c’est la principale demande des électeurs. Mais la sécurité fait aussi partie de leurs préoccupations. L’annexion de la Crimée et la situation dans l’est du pays ont placé l’Ukraine face à de nouveaux défis. Alors que des milliers d’Ukrainiens se sont portés volontaires pour partir au front, des militaires ont décidé de prendre le problème à la source et d’entrer dans la course au parlement.

“J’ai réalisé que nous avons combattu les conséquences plutôt que la cause. Et la cause, c’est le manque de compétition dans notre système politique. De plus, la gestion économique et militaire du conflit est inappropriée. Et quoi que nous fassions si le système continue avec ce fonctionnement, l‘État va droit dans le mur”, explique Semen Semenchenko, Commandant du bataillon Donbass.

Au milieu de tous ces nouveaux visages, reste une énigme, combien de politiques associés à l’ancien régime, s’accrocheront au Parlement ? Le Parti des régions qui dominait le Parlement jusqu‘à la chute de Viktor Ianoukovicth a déjà annoncé qu’il boycotterait les législatives en raison du conflit armé dans l’Est du pays. Le Donbass est coupé du processus électoral, dans ces conditions, une élection n’est pas envisageable, argumente Hanna Herman, une membre du Parti des régions.

“Le Donbass n’aura pas la possibilité de voter dans cette situation. Un quart des Ukrainiens ne participa pas à ce scrutin. Cela signifie que nous allons séparer le Donbass de l’Ukraine avec ces législatives”, dit-elle.

Les faucons de la politique ukrainienne n’ont cependant pas rentré les griffes. Le président du Parlement et le Premier ministre Arseni Iatseniouk ont formé un projet politique indépendant pour participer aux élections anticipées à la Rada.

Quant à Ioulia Timochenko si elle a laissé sa place en tête de liste de son parti, elle reste, elle aussi, très active sur la scène politique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ebola : mobilisation européenne pour endiguer l'épidémie d'Ebola