DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Total et la Russie : une relation privilégiée

Vous lisez:

Total et la Russie : une relation privilégiée

Taille du texte Aa Aa

Si Christophe de Margerie se refusait à faire de la politique, il était l’interlocuteur privilégié d’un nombre considérable de dirigeants mondiaux. Parmi eux, Vladimir Poutine. Le président russe a salué sa mémoire en évoquant la perte d’ “un vrai ami de notre pays”.
Un ami et un ardent défenseur du Kremlin. Le patron de Total a plus d’une fois critiqué la politique de sanctions occidentales envers Moscou, qu’il qualifiait de “voie sans issue” et plaidait pour un dialogue constructif avec la Russie, pays où le géant pétrolier n’a cessé de se développer depuis 1991.

“Il tenait absolument à ce que le dialogue entre les français, les russes et la communauté internationale continue, précise Emmanuel Quidet, président de la chambre de commerce et d’industrie franco-russe. C’est quelque chose sur lequel il s’est battu en permanence. Il l’a dit au gouvernement français, Il l’a dit au gouvernement européen, il l’a dit aux américains. C‘était quelque chose d’extrêmement important pour lui.”
Christophe de Margerie était aussi co-président du conseil économique de la chambre de commerce et d’industrie franco-russe.

Total ambitionne de faire de la Russie – qui figure parmi les premiers producteurs moniaux de pétrole -, sa principale zone de production d’hydrocarbures d’ici à 2020.