DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Total : l'après-Margerie ne semble pas être un problème pour le groupe


entreprises

Total : l'après-Margerie ne semble pas être un problème pour le groupe

Il n’a pas fallu longtemps au titre Total, qui avait ouvert en baisse de plus de 2 % mardi après l’annonce du décès de son PDG, pour effacer ses pertes, et gagner 3,5% en clôture grâce à l’une des rares séances de hausse sur les marchés pétroliers. C’est aussi la preuve de la solidité des organes de gouvernance du groupe.

“Dans la culture aujourd’hui de l’entreprise telle qu’il l’a façonnée et par rapport au conseil d’administration qui est en place, il a été imaginé depuis longtemps que c‘était à travers les hommes du groupe qu’on trouverait les futurs patrons de l’entreprise, explique Alain Crouzat, le président de Montségur Finance”.

Le futur patron de Total est peut-être à chercher parmi les trois hommes qui formaient l‘équipe dirigeante du groupe autour de Christophe de Margerie : Philippe Boisseau, le responsable de l’activité marketing et services du groupe, Patrick Pouyané qui dirige le raffinage, et le responsable du secteur exploration, Arnaud Breuillac.

“Derrière moi, le siège russe de Total à Moscou. Total, affirme Natalia Marshalkovitch notre envoyée spéciale à Moscou, est un des plus anciens et plus importants investisseurs dans les secteurs du pétrole et du gaz en Russie. Christophe de Margerie lui-même considérait la Russie comme un lieu de développement prioritaire et appelait à “adoucir” les sanctions occidentales. Quelle orientation choisira son successeur ?”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Ententes illicites : JP Morgan, UBS et Credit Suisse, épinglés par Bruxelles