DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ebola : la panique tue en Afrique


Sierra Leone

Ebola : la panique tue en Afrique

Une émeute liée au dépistage du virus Ebola a fait deux morts et une dizaine de blessés ce mercredi dans la ville minière de Koidu, dans l’est de la Sierra Leone. Les heurts ont éclaté lorsqu’un groupe de jeunes, certains armés de machettes, se sont opposés à un prélèvement sanguin sur une nonagénaire – la mère de l’un entre eux. Les jeunes s’en sont pris ensuite à plusieurs bâtiments publiques en criant “ plus d’Ebola ! “

Depuis Pékin, le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix rouge et du Croissant rouge, Elhadj As Sy, a lancé une mise en garde : “ l‘épidémie d’Ebola engendre beaucoup de peur et une extrême panique qui conduit parfois à des comportements voire à des mesures irrationnelles, comme la fermeture des frontières, l’annulation de vols, l’isolement de pays etc… Ce ne sont pas des solutions. La seule solution est la mise en commun des efforts pour contenir ce type de virus et d‘épidémies à leur épicentre, là où ils sont apparus.”

Un avis partagé par l’Organisation mondiale de la santé qui mise sur la course aux vaccins. Un troisième laboratoire s’y est investi ce mercredi : l’Américain Johnson & Johnson se dit même prêt à collaborer avec ses concurrents. L’OMS a déjà lancé des tests cliniques pour les vaccins du Britannique GlaxoSmithKline et de l’Américain NewLink Genetics, qui travaille avec des scientifiques Canadiens. L’objectif est d’envoyer des milliers de doses dès janvier en Afrique de l’ouest pour un test à grande échele sur le personnel soignant.

A lire aussi

Tout ce qu'il faut savoir sur le virus Ebola

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Que se cache-t-il vraiment derrière la brouille américano-hongroise ?