DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le bras de fer continue entre Washington et Budapest


Etats-Unis

Le bras de fer continue entre Washington et Budapest

Signe du net refroidissement des relations bilatérales, le nouveau ministre des Affaires étrangères Péter Szijjártó, n’a été reçu que par la secrétaire d‘État adjointe chargé de l’Europe, Victoria Nuland. Un entretien à huis clos, sans photos ni conférence de presse finale.

“J’ai dit à la secrétaire adjointe que nous sommes toujours ouverts à des consultations sur des questions spécifiques et pour des décisions spécifiques. Mais il y a une chose que nous n’accepterons jamais. Nous n’acceptons pas que quelqu’un remette en question l’approche démocratique, le cadre général de nos valeurs démocratiques”, explique le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó.

Soupçonnées de corruption, plusieurs personnalités proches du pouvoir du nationaliste conservateur Viktor Orban ont été informées par l’ambassade américaine qu’elles étaient à ce titre, interdites d’entrée sur le territoire des Etats-Unis.

“L’administration Obama n’apprécie pas le mode de gouvernance de la Hongrie depuis un bon moment. Sa patience a atteint des limites et le message est désormais clair : agissez ou vous devrez faire face aux conséquences”, estime notre correspondant aux Etats-Unis, Stefan Grobe.

A Budapest, les autorités affirment ne pas comprendre les sanctions américaines et plusieurs analystes parlent de représailles après le soutien de Viktor Orban à Vladimir Poutine sur fond de crise en Ukraine. La dérive nationaliste et anti-démocratie d’Orban est également dans le viseur américain.

Parmi les personnalités hongroises interdites aux Etats-Unis, plusieurs seraient liées à l’autorité nationale fiscale et accusées de corruption selon cet ancien conseiller. Des cas de corruption en lien avec des entreprises américaines voulant opérer en Hongrie en échange d‘évasion fiscale pour faciliter leur entrée sur le marché et limiter la concurrence.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Suède poursuit sa chasse au "sous-marin"