DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pigiste du trash


cinema

Pigiste du trash

En partenariat avec

La nuit. La ville. Le terrain de chasse de Lou, un personnage qui porte bien son prénom.

Caméra au poing, il filme des accidents, des incendies, des scènes de crime nocturnes quand les journalistes dorment encore. Pigiste des bas-fonds de Los Angeles, Lou est un mercenaire de l’info trash et cheap.

“Nightrawlers [“Night Call”, en VF] c’est l’histoire d’un solitaire, d’un voleur à la petite semaine qui est le témoin d’un accident de la route en pleine nuit sur l’autoroute”, résume Jake Gyllenhaal. “Il voit des gars qui sont là et qui filment la scène avec leurs caméras pour revendre les images aux chaînes de télévision locales. Ça le fascine alors il s’achète une caméra et une radio pour écouter la fréquence de la police pour s’y mettre à son tour. C’est de le début de son ascension.”

La télé veut du sang et des larmes. Des images choc et toc.
Ça tombe bien, Lou en a en stock.
Les billets verts lui montent à la tête au point de mettre en scène sa réalité nocturne.

“Nos sociétés sont obsédées par les flux d’images”, analyse Jake Gyllenhaal. “On ne profite plus du moment présent parce qu’on est accrochés à nos écrans. C’est pour ça qu’un gars comme Lou à prospérer. C’est très intéressant je trouve parce les gens disent “Cet homme fait peur, il est troublant”. Mais c’est nous qui l’avons créé. Nous avons créé cette personne. Nous lui avons permis de faire de son activité un succès.”

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

''Horns'', le dernier film à frissons d'Alexandre Aja