DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Négociations avec la mafia : le président italien entendu par les juges


Italie

Négociations avec la mafia : le président italien entendu par les juges

Du jamais vu : un président italien entendu par les juges. Giorgio Napolitano, 89 ans, a comparu comme témoin dans une affaire liée aux actes terroristes de la mafia, dans les années 90. Dans ce procès devant la cour de Palerme,  l’Etat est accusé d’avoir négocié en secret avec la mafia, pour stopper la violence qui déchirait l’Italie d’alors.

Sur le banc des accusés, Nicola Mancino, ministre de l’Intérieur de l‘époque. Des écoutes ont révélé qu’il aurait demandé l’aide de Napolitano dans le dossier.

Pour mettre fin aux attentats sanglants des années 90, comme l’attaque en mai 1992 contre le juge Falcone, des politiciens ont donné du lest à la mafia. Notamment des meilleures conditions de détention pour des centaines de mafieux. 
Toto Riina, alors considéré comme le 
plus puissant chef de clan de la mafia, est poursuivi dans cette affaire.

“Riina voulait lancer une attaque contre l’Etat pour le forcer à s’assoir à la table des négociations, c’est le coeur de l’enquête des juges de Palerme, décrypte Salvo Palazzolo, journaliste et écrivain spécialisé dans la mafia.
Parce que Riina menaçait l’Italie, selon le procureur de Palerme il y a eu des hommes au sein de l’institution qui ont fait passer ce message de menace de Riina au plus haut niveau de l’Etat.”

Mais les juges estiment que ces négociations ont favorisé d’autres attentats, y compris celui qui a tué deux mois 
après Falcone un deuxième magistrat, Paolo 
Borsellino.

“La Cour de Palerme a accepté la déposition de Giorgio Napolitano, explique notre envoyée spéciale à Rome, Sabrina Pisu. Une affaire sans précédent, pas seulement parce que c’est un chef d’Etat qui témoigne, mais aussi compte tenu du type de procès et des accusations.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : Lavrov espère que le scrutin des séparatistes aura lieu sans heurt