DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Egypte, terrain miné

Vous lisez:

L'Egypte, terrain miné

Taille du texte Aa Aa

Dans le désert occidental égyptien, des mines datant de la Seconde Guerre mondiale s’empilent sur des kilomètres. Dans cette région réputée pour avoir été le théâtre de nombreuses batailles, plus de 20 millions de mines et de munitions non explosées de l‘époque seraient encore enfouies, souvent à plus d’un mètre et demi de profondeur, et réparties sur une superficie d’environ 2680 kilomètres carrés.

Ces mines représentent un réel danger pour les populations locales, principalement des bédouins et des bergers. Les accidents mortels sont quasi-quotidiens. L’OTAN et l‘Égypte ont depuis quelques années conjugué leurs efforts pour s’attaquer à ce problème. Aujourd’hui, l’Union européenne a décidé, elle aussi, de s’impliquer.

“Cela signifie prendre nos responsabilités, non seulement pour le développement de l’Egypte, mais aussi d’un point de vue historique, dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, de tout faire pour que l’Egypte soit totalement libérée de ces mines”, explique James Moran, chef de la délégation de l’UE en Egypte.

Une aide logistique donc, mais aussi humanitaire. Dans la région d’“El Alamein” par exemple, à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Alexandrie, il est impossible pour les paysans de cultiver des terres infestées de mines.
Ces mines se comptent par milliers dans cette zone. Il s’agit des restes de la bataille d’El-Alamein. Tournant majeur du conflit, elle a duré dix jours et a marqué le début du reflux des puissances de l’Axe face aux Alliés en Afrique du Nord.

“Le gouvernement britannique prend la question des mines antipersonnelles très au sérieux. Ici à Al-Alamein, l’un des héritages mortels de la Seconde Guerre mondiale, des gens meurent encore aujourd’hui. Mais je suis optimiste et j’espère que grâce à ce partenariat, nous commencerons à résoudre le problème”, dit John Casson, l’ambassadeur de la Grande-Bretagne en Egypte,

Dans ce partenariat, l’Union européenne apportera un soutien financier de plus de 4 millions et demi d’euros destinés au déminage du désert égyptien, mais aussi à la mise en place de programmes de prévention et de réinsertion des victimesdes mines antipersonnelles.

Mohammad Shikhibrahim, euronews :
“La Seconde Guerre mondiale est terminée depuis longtemps, mais les mines de l‘époque, elles, sont toujours bien présentes. Outre prendre des vies, elles sont aussi un obstacle au développement économique et agricole de très grandes étendues de terre”.