DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : formation d'un gouvernement de coalition en direct ?


Ukraine

Ukraine : formation d'un gouvernement de coalition en direct ?

En Ukraine, les débats sur la formation d’un gouvernement de coalition sont vifs. Trois jours après la tenue des législatives, alors que le décompte des voix n’est pas encore tout à fait terminé, le Premier ministre sortant Iatseniouk, certain que son Front Populaire est en tête des suffrages exprimés, a rejeté la proposition de coalition de Petro Porochenko.

“Je propose de nommer la nouvelle coalition “Ukraine européenne”, en hommage aux gens de Maïdan. Et c’est ce que le peuple attend de nous, que l’on concrétise l’accord passé entre l’Ukraine et l’Union européenne, que l’Ukraine devienne un pays européen” a-t-il déclaré en conférence de presse.

Arseni Iatseniouk considère le bloc Porochenko comme un partenaire stratégique majeur, mais revendique la tête du gouvernement.
Il appelle à la formation du futur gouvernement d’ici 20 jours. Et contrairement à Porochenko, il a ouvert sa coalition au Parti radical et au parti de la “Patrie” de Ioulia Timochenko.

Celle-ci a déjà fait savoir qu’elle soutiendrait la coalition, mais que son parti, qui ne rassemblerait que 5,6 % des suffrages, ne prétendrait à aucun poste ministériel.

Arrivé en troisième place, la surprise des législatives, le parti Samopomitch, composé notamment de militants issus de Maïdan, appelle à commencer les pourparlers d’ici demain et propose que le projet de la coalition soit un compromis des deux propositions de Porochenko et Iatseniouk.

Selon notre correspondante à Kiev, Maria Korenyuk, “si les partis acceptent la proposition de Iatseniouk , ils devront donner les noms de leurs candidats à un portefeuille ministériel d’ici lundi.
Le nouveau gouvernement devra alors être formé sur le modèle de la Commission européenne. Ce qui signifie que chaque candidat devra faire l’objet d’une audition publique qui serait retransmise en direct à la télévision.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Hongrie : Le pourquoi de la mobilisation contre la "taxe internet"