DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un jour à Blend Web Mix : dans les arrières-cuisines du web gaulois


monde

Un jour à Blend Web Mix : dans les arrières-cuisines du web gaulois

Blend Web Mix, conférence francophone sur le web qui se tient à Lyon ces 29 et 30 octobre, se veut plus détendue et accessible que ces homologues du genre.

De fait, l’atmosphère sur place est décontractée : on se tutoie ; on fait du réseautage autour d’un babyfoot ;1&1 offre des bières ; on croise des adultes se tirant dessus avec un pistolet en plastique…

Si l’ambiance est plus studieuse dans les nombreuses conférences offertes, les chemises sans cravate et jeans-talons sont plus nombreux que les boutons de manchette et les tailleurs stricts.

Une chose cependant ne dénote pas des autres grands raouts : la densité au mètre carré en ordinateurs portables et autres écrans bleutés de smartphones et tablettes. Le wifi, offert par un partenaire, permet une conversation en ligne en parallèle de l’événement. Le hashtag #BlendWebMix est dans le top 5 des ‘trending topic’ de Twitter au matin de la deuxième journée.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, les conférences sont pointues et les visages croisés sont sérieux. Certains sont ici pour y faire les rencontres qui lanceront leur projet, pour trouver un nouveau partenaire qui fera évoluer une start-up ou encore pour trouver un travail.

Prendre le temps et mixer les sujets

Les organisateurs, ainsi que l’a expliqué Julien Petit de la Cuisine du Web à euronews, ont souhaité des conférences où les invités comme les auditeurs peuvent prendre le temps de parler.

Du coup, les thèmes sont bien développés et la salle participe en fin de séance. Pour cela, il faut être resté jusqu’à la fin. L’offre est grande et les participants appliquent sans complexe l’idée de mélange. Ils passent d’une conférence à l’autre selon leur intérêt.

Ainsi, à une heure tapante que l’on n’avait pas vu passer, un tiers de la salle peut soudain se lever et filer entre les rangées de chaises. ‘Tiens, il est 15h ; ils doivent vouloir écouter David Boureau expliquer comment éditer du code ET prendre son pied.’

A 16h, pause goûter générale dont l’annonce un peu surprenante semble soudain replonger l’auditoire au temps de l’école primaire. Pour un résultat identique : débandade bruyante et joyeuse vers l’étage inférieur où se pressent déjà du monde autour du bar où sont servis des collations variées. Les fumeurs et les plus assidus enfermés depuis le matin, se serrent sur une des terrasses de la Cité Internationale pour profiter du soleil d’automne.

Puis de l’après-midi reprend. Certains partent, les autres se dispersent à nouveau dans les étages. Ici, un électricien témoigne de son apprentissage au code en autodidacte sous les applaudissements de la salle, là-bas on se concentre sur l’Ux (expérience utilisateur), plus loin on se presse pour apprendre si Google ment. Plus bas, les ‘makers’ travaillent à leur projet…

La cuisine ne désemplit pas…

Prochain article

monde

Mur de Berlin : la traversée…