DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vote sur la réforme constitutionnelle : le Burkina retient son souffle

Vous lisez:

Vote sur la réforme constitutionnelle : le Burkina retient son souffle

Taille du texte Aa Aa

Ce jeudi est une journée à haut risque au Burkina Faso. Le députés doivent en effet examiner un projet de réforme constitutionnelle qui permettrait à l’actuel président Blaise Compaoré de se maintenir au pouvoir. Or, cette perspective suscite la colère d’une partie de la population. Par milliers, ces derniers jours, ils sont descendus dans les rues de la capitale.

Mardi, notamment, une foule immense était rassemblée à Ouagadougou. Des heurts ont éclaté entre jeunes en colère et forces de l’ordre.

Certains craignent que de nouveaux affrontements se produisent ce jeudi.

De nombreux ténors de l’opposition ont appelé la population à se mobiliser. Ainsi Augustin Blaise Hien, secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB). “Le pouvoir du capitaine Blaise Compaoré se révélant comme une dictature militaire constitutionnalisée, il nous faudra continuer à nous battre, camarades !”, a-t-il lancé à ses partisans.

Les manifestants ont prévu de “marcher sur l’Assemblée” pour empêcher le vote. Le bâtiment a été placé sous haute protection policière.

Blaise Compaoré est âgé de 65 ans. Il est à la tête du pays depuis 1987. Le projet de loi étudié par les députés, vise à modifier la Constitution, pour porter de deux à trois le nombre maximum de quinquennats présidentiels. Si le texte est adopté, Compaoré pourrait briguer en 2015, un nouveau mandat.