DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Route du Rhum : les derniers préparatifs

Vous lisez:

Route du Rhum : les derniers préparatifs

Taille du texte Aa Aa

C’est ce dimanche que sera donné le coup d’envoi de la dixième édition de la Route du Rhum. 66 monocoques et 25 multicoques – un record – vont prendre le départ de la prestigieuse course transatlantique entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre.

Rémi Pelletier est notre envoyé spécial en Bretagne : “Bienvenue à Saint-Malo pour la dixième édition de la Route du Rhum destination Guadeloupe. C’est la dernière étape avant le grand départ : le passage des écluses juste avec ces Ultimes, ces trimarans géants qui sortent du port de Saint-Malo. C’est le dernier contact des skippers avec le public, avec la foule, avec la terre.”

C’est un moment intense pour tous les skippers, comme Julien Mabit : “Comme à chaque fois, je vais verser ma petite larme, c’est super émouvant parce que les gens sont là pour nous accueillir. Cela fait déjà 10 jours qu’ils sont là. Cette année, il y a beaucoup de ferveur.”

Yann Guichard sera à la barre de Spindrift 2, le plus grand trimaran du monde avec ses 40 mètres de long : “Les manœuvres me prennent du temps, il faut que j’accepte de temps en temps de mettre le pied sur le frein pour ne pas prendre trop de risques. A d’autres moments, je pourrais vraiment accélérer parce que ce bateau a un potentiel incroyable. Il ne faut pas oublier qu’il a été conçu pour 14 personnes et que je serais seul à bord. On a réduit le mât, car à l’origine, il faisait 47 mètres. On l’a coupé par le bas, on a enlevé 6 mètres, et on a gagné plus de 2 tonnes sur le bateau.”

Nils Boyer ne terminera sans doute pas à l’une des premières places, mais c’est déjà une victoire pour lui de pouvoir prendre le départ : “Le bateau était à l’abandon depuis 10 ans dans le sud de la Bretagne. On l’a retrouvé sous un tas de feuilles avec un mètre d’eau dedans, le moteur était mort, l‘électricité était morte, on a absolument tout refait. Pour le remettre en état, des bénévoles ont œuvré jours et nuits depuis deux mois et demi.”